Il n'y aura plus de smartphones OnePlus avec Cyanogen OS

Chacun a mieux à faire 52
En bref
image dediée
OS
Vincent Hermann

L’aventure n’aura duré finalement que quelques mois entre OnePlus et Cyanogen. Le succès du modèle One a profité aux deux entreprises, mais chacune a maintenant ses objectifs propres. Le constructeur chinois compte bien proposer maintenant son propre dérivé d’Android, tandis que Cyanogen souhaite voguer vers l’international et tente de séduire d’autres partenaires.

Fin du partenariat entre OnePlus et Cyanogen

Cyanogen et OnePlus ne vogueront bientôt plus ensemble vers de nouvelles aventures. Le partenariat n’aura finalement duré que quelques mois, le temps que les deux entreprises profitent mutuellement d’une meilleure visibilité. OnePlus a pu ainsi marquer les esprits avec son modèle One, salué notamment pour son tarif agressif, tandis que Cyanogen a pu montrer qu’il était une alternative crédible à Android, dont il reprend notamment les bases, mais sans toutes les applications provenant de Google.

Aujourd’hui, chacun préfère poursuivre ses propres objectifs, et il n’y aura donc plus de nouveaux modèles chez OnePlus équipé de Cyanogen OS. Kirt McMaster, le PDG de Cyanogen, était présent hier à Hong Kong pour la Global Mobile Internet Conference. Il y a indiqué que la mission première de l’entreprise serait préservée, à savoir proposer son système en remplacement d’Android sur un nombre élevé de smartphones. Mais l’éditeur souhaite clairement séduire d’autres constructeurs chinois pour se répandre à l’international.

Cyanogen veut séduire d'autres constructeurs pour briller sur d'autres marchés

Cyanogen ne compte pas se concentrer en effet sur la Chine, dont le marché des smartphones est saturé de constructeurs et donc de concurrence. L’entreprise cherche plutôt des partenaires qui aimeraient profiter de « l’aura » du système pour devenir plus visibles sur d’autres marchés, à la manière de OnePlus. McMaster estime en effet que la réputation actuelle du constructeur vient en bonne partie de Cyanogen OS. Dans un email à PC World, le fondateur de OnePlus, Carl Pei, s’est montré nettement plus philosophe. Décrivant le partenariat comme « mutuellement profitable », il a ajouté : « Nous n’en serions pas là aujourd’hui sans cet effort conjoint », le « nous » englobant Cyanogen.

Ce dernier oublie un peu vite que son propre succès est bâti en partie sur la réussite propre au OnePlus One. Le simple fait que Cyanogen OS puisse être installé comme système par défaut sur un appareil neuf a apporté une crédibilité supplémentaire qui devrait aider dans les négociations avec les autres constructeurs. On rappellera également que ce partenariat a sans doute joué un rôle dans le succès de la levée de fonds de 80 millions de dollars du mois dernier, et que Microsoft n’aurait peut-être pas signé d’accord avec l’entreprise sans cette réussite.

Ce que OnePlus souhaite est évident : augmenter le volume des ventes d’appareils disposant de son système. McMaster est clair à ce sujet : « OnePlus a écoulé un volume raisonnable, mais rien en comparaison de ce que ces autres partenaires pourraient écouler ». Il faut alors considérer OnePlus comme une simple première étape vers une visibilité beaucoup plus importante. Et même si McMaster n’en parle pas ici, la décision de OnePlus de commercialiser son One en Inde a créé des problèmes, Cyanogen ayant déjà un contrat d’exclusivité avec un constructeur local, Micromax.

OnePlus a désormais son propre système d'exploitation

OnePlus dispose cependant d'OxygenOS, son propre système d'exploitation lancé il y a quelques semaines. Il s'agit d'une réaction accélérée au départ de Cyanogen, obligeant le constructeur à sortir son produit plus tôt que prévu. Il se présente comme très proche d'Android Stock, auquel viennent s'ajouter plusieurs fonctionnalités telles que des gestes tactiles, une barre modifiée pour les paramètres rapides ou encore des options supplémentaires de personnalisation.

Rappelons enfin que Cyanogen travaille sur deux systèmes : CyanogenMod, que l’on peut installer sur de nombreux smartphones Android en remplacement de ce dernier, et Cyanogen OS, fourni aux constructeurs. Aucune de ces décisions ne devrait modifier l’avenir du premier, qui continuera d’être développé, comme l’annonce de la version 12.1 (sans les applications Microsoft) l’a montré récemment.


chargement
Chargement des commentaires...