Loi renseignement : une extension pour faire fumer les boîtes noires

En rouge et noir 294
En bref
image dediée
Crédits : Geoffrey Dorne
Loi
Marc Rees

Comment faire rougir les futures sondes et autres boîtes noires du projet de loi sur le renseignement ? Tout simplement en les noyant avec une pluie de mots clefs étudiés pour exciter leurs jauges.

« Si les boîtes noires du gouvernement analysent tout ce que l’on écrit, on va leur donner de quoi analyser ! » Voilà comment Geoffrey Dorne et Cahnory introduisent leur petit plug-in pour Firefox ou Chrome. L’idée est simple : après installation, il rajoutera automatiquement des mots clefs « sensibles » à vos tweets et messages Facebook. 

Pour mémoire, le projet de loi sur le renseignement, expliqué de long en large ici, prévoit la mise en place de pipelines sur les infrastructures des opérateurs (sites, FAI, hébergeurs et autres prestataires) afin d’aspirer les métadonnées de cibles jugées à risque. Il envisage tout autant un dispositif algorithmique (les fameuses « boîtes noires ») pour cette fois anticiper une possible menace terroriste. Si la menace est alors avérée, les services du renseignement auront la possibilité d'identifier les personnes derrières ces données de connexion afin, pourquoi pas, de mettre en oeuvre une surveillance plus ciblée. Les modalités techniques, le spectre, mais également les moyens financiers sont à ce jour inconnus faute d’éclairage du gouvernement.

Le pari retenu par les deux concepteurs de ce plug-in « est avant tout de sensibiliser à la question de l’analyse systématique par le gouvernement de tout ce que l’on écrit ».

Sur le site Sur-ecoute.org, ils détaillent ainsi leurs motivations : « Le fonctionnement de cette extension est simple : les milliards de données citoyennes collectées chaque jour par les services de renseignement sont analysées notamment en fonction des mots que vous employez. Ainsi, si vous êtes allés en « Hollande » avec votre ami « Charlie » qui est un passionné de « drones » mais que vous êtes rentrés en « catastrophe » à cause du « virus » de la grippe, vous serez certainement analysé par l’algorithme comme une personne vraiment très dangereuse. Ainsi, l’extension sur-ecoute démontre l’absurdité de ce système en ajoutant des mots clefs « pertinents » à chacune de vos phrases. Si nous sommes tous surveillés, alors renseignons les renseignements ! »

Tout est ainsi expliqué dans cette vidéo :

Cette idée nous replonge en 2001 au Global Jam Echelon Day (ou Journée mondiale de brouillage d'Echelon, le 21 octobre 2001). L’« Echelon's Trigger Words Generator », en français un « générateur de textes subversifs », avait été mis en place en réaction au programme de surveillance Echelon (voir cette actualité sur Linuxfr, par exemple).


chargement
Chargement des commentaires...