Projet Fi : tout ce qu'il faut savoir du forfait de téléphonie mobile de Google

Faire fi du Fair use 37
Accès libre
image dediée
Téléphonie
Par
le jeudi 23 avril 2015 à 11:00
Sébastien Gavois

Google vient d'ajouter une nouvelle corde à son arc : un forfait de téléphonie mobile connu sous un nom plutôt inhabituel, « projet Fi ». Le nouvel opérateur virtuel mise sur la simplicité d'utilisation et ne propose qu'une seule offre, mais disponible pour le moment de manière très limitée.

L'annonce était attendue depuis plusieurs semaines (voire des mois), c'est désormais officiel : Google est un opérateur de téléphonie mobile virtuel aux États-Unis. Le géant du web vient en effet de lancer son projet Fi, en partenariat avec Sprint et T-Mobile US qui sont respectivement à la troisième et quatrième place sur le marché américain. C'est un peu comme si Google s'était associé à Bouygues Telecom et Free Mobile en France. Cela lui assure une couverture assez large du territoire.

Mais surtout, la société de Mountain View indique qu'elle a « décidé de construire un nouveau moyen de se connecter », tout un programme. En réalité, comme les rumeurs le laissaient entendre, l'ensemble repose sur un dispositif pour le moins original sur sa gestion des communications, le but étant de « vous faire profiter du meilleur réseau, où que vous soyez ». Ainsi, lors d'un appel, vous pourrez basculer simplement de la 4G au Wi-Fi de manière automatique et transparente, et inversement.

La Call Continuity de Qualcomm semble faire ses premiers pas

Vous pourrez donc commencer un appel chez vous en Wi-Fi et sortir, le smartphone basculera alors automatiquement sur de la 4G, sans coupure de la communication et autant de fois que nécessaire. Le cas d'un basculement sur de la 2G ou de la 3G n'est par contre pas évoqué, il sera intéressant de voir ce qu'il en est dans la pratique pour ceux qui sont dans des zones qui ne sont couvertes que par ces réseaux.

Notez que cette technologie n'est pas une nouveauté propre à Google puisque ce dernier exploite, au moins en partie, une solution développée par Qualcomm, sous le nom de Call Continuity. Cela tombe bien, le projet Fi n'est pour le moment pleinement exploitable que sur le Nexus 6 qui intègre un Snapdragon 805 de Qualcomm.

Mieux exploiter la diversité des réseaux : chacun sa méthode

Pour rappel, il y a quelques mois T-Mobile US annonçait que l'ensemble de ses clients pouvait profiter d'appels et de SMS dans une zone de couverture Wi-Fi, mais il n'était alors pas question de passer du Wi-Fi à la 4G lors d'une communication. En France, les appels ainsi que les SMS via les réseaux Wi-Fi commencent seulement à arriver. Orange a en effet récemment dévoilé « Reach Me », un service qui passera par l'application Libon de la marque et qui permet « d'appeler et d'être appelé sur son numéro de téléphone mobile, même sans couverture réseau ». Là encore, rien ne dit que l'on pourra changer de type de réseau à la volée comme ce que propose Google Fi. 

Pendant un temps, Virgin Mobile permettait à ses clients VIP de changer de réseau en quelques minutes via son application maison. La société avait alors un accord avec Bouygues Telecom, Orange et SFR, mais cela n'a pas duré longtemps et le MVNO n'exploite désormais plus que le réseau de Numericable-SFR, son nouveau propriétaire.

Autonomie et sécurité des données : les promesses d'un projet préparé de longue date

Mais Google indique avoir planché sur une optimisation logicielle afin de limiter l'impact de ces changements, notamment pour ce qui est de l'autonomie du smartphone. Pour ce qui est de la confidentialité de vos échanges, notamment pour ce qui est des réseaux Wi-Fi publics, il est précisé que toutes les communications qui passent par un réseau Wi-Fi transitent via un réseau virtuel privé (VPN) maison, sans plus de détails.

Quoi qu'il en soit, la société est en bonne position pour proposer une telle solution maitrisée de bout en bout. Si elle indique avoir « travaillé en étroite collaboration avec les principaux opérateurs, fabricants de matériel et vous tous afin de repousser les limites de ce qu'il est possible de faire », elle fait en réalité face à des acteurs avec qui elle est déjà en relation du fait de sa position. Elle a en effet l'avantage d'être présente dans tous les domaines et peut intervenir sur l'ensemble de la chaine ou presque : le matériel avec ses smartphones Nexus, le système d'exploitation avec Android, le logiciel avec ses applications comme Hangouts et maintenant une partie des réseaux en tant qu'opérateur virtuel.

Google FiGoogle Fi

Ce projet est d'ailleurs mené de longue date, si l'on en croit Michael Leggett qui est l'un de ceux à l'origine de Fi : « J'ai co-fondé ce projet il y a deux ans et demi avec Hugo Barra [NDLR : parti chez Xiaomi depuis aout 2013] avant que Brynn Evans ne prenne la suite il y a huit mois » précise-t-il. Cette dernière étant en charge du design des services et des applications chez Google.

Mais derrière les promesses de simplicité, de transparence et de bonne gestion de l'énergie, il faudra voir ce qu'il se passe dans la pratique, d'autant plus que Google réserve pour le moment son offre de manière très limitée, sur invitation. Un peu comme si les premiers utilisateurs prenaient part à un test bêta grandeur nature, ce qui ne serait pas une première pour la société.

Vous pouvez placer votre numéro dans le « cloud », via Hangouts

D'ailleurs, comment tout cela fonctionnera dans la pratique ? Si vous utilisez un Nexus 6, qui est le seul smartphone annoncé avec Google Fi pour le moment, vous ne devrez rien changer à vos habitudes, tout passera par les applications habituelles. Mais vous aurez aussi la possibilité d'utiliser d'autres appareils avec votre numéro si vous le désirez.

On retrouve ici un concept qui avait été popularisé chez nous avec le lancement de l'application onoff (voir notre analyse) : le numéro dans le « Cloud ». Google annonce qu'avec projet Fi vous pourrez associer votre numéro à un compte Hangouts « afin que vous puissiez parler et envoyer des messages depuis n'importe quel téléphone, tablette ou ordinateur portable ». Une pratique que la société avait déjà en partie explorée avec son Google Voice. 

L'application est disponible sur Android, iOS, mais aussi sur ordinateur via votre navigateur. Google précise d'ailleurs que le widget Gmail pourra être utilisé pour gérer vos appels et messages, mais ne dit pas ce qu'il en est pour l'extension Chrome qui n'est pas mentionnée. Une fois cette association mise en place, tous vos appels émis ou reçu pourront passer sur un terminal doté d'une application Hangouts, ce qui laisse de nombreuses possibilités.

Un système de synchronisation est évidemment de la partie, ce qui signifie par exemple que si vous effacez un SMS sur l'un de vos appareils, il disparaitra automatiquement de toutes les autres machines où votre compte Hangouts est activé. Notez que la messagerie vocale visuelle est également disponible.

Google Fi
Selon plusieurs de nos confrères US, si vous appelez ce numéro, vous aurez droit à un extrait de la chanson Hello de Lionel Richie

Une couverture dans 120 pays à travers le monde pour 20 dollars (hors taxes)

Mais Google ne s'arrête pas en si bon chemin et annonce qu'il propose une couverture mobile dans plus de 120 pays à travers le monde, mais sans donner de précision sur les opérateurs locaux qui sont ses partenaires. Bien que rien ne soit officiellement annoncé sur ce point, il y a fort à parier que Fi devrait s'appuyer sur les accords déjà mis en place par Sprint et/ou T-Mobile US. La liste des pays concernés se trouve par là et elle comprend notamment l'Australie, la France, la Chine, le Japon, le Canada ainsi que le Royaume-Uni.

Côté tarif, Google ne propose qu'un seul forfait avec un prix de base de 20 dollars hors taxes. Il est sans engagement et aucun frais ne sera demandé au moment de la résiliation. Bien évidemment, il est possible de demander la portabilité du numéro en passant chez Google Fi. Cette offre unique comprend des appels, des SMS et des MMS illimités aux États-Unis, des SMS illimités depuis et vers la zone de couverture à l'étranger (120 pays) ainsi que des « tarifs réduits » pour les appels en roaming. 

Le détail des prix en fonction des destinations est disponible par ici, mais dans tous les cas le prix d'une minute de communication depuis l'un des 120 pays où Google Fi propose du roaming ne dépasse pas les 0,20 dollar (HT) si vous passez une communication via un réseau mobile, tandis qu'en Wi-Fi se sont les mêmes prix que lors d'un appel via Hangouts (qui sont généralement bien moins élevés). Concernant les communications depuis les USA et vers un autre pays, c'est là encore le même tarif qu'avec Hangouts, quel que soit le réseau sur lequel vous êtes connecté.

De la 4G aux USA, mais seulement 256 kb/s dans les autres pays... pour le même prix

De plus, quel que soit le pays dans lequel vous vous trouvez (du moment que vous êtes dans une zone couverte par Google Fi), le prix de la data reste le même, ce qui est plutôt une bonne chose et assez inédit. Surtout à l'heure où l'Europe tergiverse encore sur sa propre gestion du roaming.

Par contre, il n'y a pas de magie, il existe tout de même une limitation. Celle-ci se situe au niveau des débits. En effet, il faudra se contenter de 256 kb/s maximum, soit le débit de certains opérateurs français une fois votre « Fair use » atteint. Si cela permet de consulter ses emails et de naviguer doucement, il ne faudra probablement pas en demander beaucoup plus et oublier les usages multimédia. On regrettera d'ailleurs qu'aucune option ne permette d'aller au-delà de cette limitation pour ceux qui le souhaitent.

Google FiGoogle Fi

Pas de data en illimité, attention à votre consommation

Du côté de la data, le principe est relativement simple : vous payez 1 dollar pour 100 Mo consommés, un principe qui n'est pas sans rappeler ce que propose chez nous Prixtel avec son offre Modulo, mais avec une granularité beaucoup plus fine. On appréciera aussi que cela ne concerne pas les données consommées via le Wi-Fi, alors qu'en France les opérateurs proposant une femto-cell continuent de déduire ce qui passent par cette dernière de votre quota, alors que le tout transite par votre propre connexion internet fixe (!).

Pour ce qui est du montant de la facture, c'est vous qui définissez combien vous souhaitez payer par mois. Par exemple, vous pouvez opter pour 50 dollars, ce qui correspond à 20 dollars pour le service de base et 30 dollars pour 3 Go de data. Une fois le mois écoulé il est temps de faire les comptes : si vous avez consommé moins que prévu, Google vous rembourse la différence (1 dollar par 100 Mo restant à consommer), tandis que si vous avez dépassé votre quota vous payez un supplément.

L'addition peut donc rapidement grimper : 1 dollar pour 100 Mo, soit 10 dollars par Go et 100 dollars pour 10 Go, etc., prudence donc avec le hors-forfait. Google précise avoir décidé de ne pas opter pour une offre illimitée : « Nous croyons que vous ne devez payer pour les données que vous utilisez ». Attention par contre, s'il est apparemment possible de définir des alertes en cas de dépassement de certains seuils, il ne semble pas y avoir de plafond (comme c'est également le cas Prixtel) et avec 20 Go de data dans le mois, la facture atteint tout de même... 200 dollars, en plus des 20 dollars de base. Il semble par contre relativement simple de suivre sa consommation via l'application Google Fi. Reste à voir si elle sera aussi réactive que le cockpit de feu Joe Mobile, qui indiquait cette valeur presque en temps réel.

Pour ce qui est du Nexus 6, si vous n'en avez pas déjà un, il est proposé à 649 dollars ou 699 dollars en version Midnight Blue de 32 Go ou 64 Go. Ce paiement peut néanmoins être étalé sur 24 mois, vous aurez alors un supplément de 27,04 dollars ou de 29,12 dollars. L'opération se fait donc sans frais supplémentaires.

Une offre très limitée, accessible uniquement sur invitation

Pour le moment, Google Fi n'est par contre accessible que pour les utilisateurs résidants aux États unis et disposant d'un Nexus 6. Il faut aussi disposer d'une invitation, un petit nombre étant envoyé chaque semaine. Le géant du web ajoute que ce smartphone est « le premier à prendre en charge le matériel et le logiciel afin de fonctionner avec notre service », mais ne précise rien concernant l'arrivée d'autres modèles, notamment ceux qui sont également équipés d'une puce Qualcomm.

Quoi qu'il en soit, Google est en passe de devenir l'un des premiers à miser sur une offre simple, accessible et mondialisée, même si le tarif de la data et l'absence d'illimité avec « Fair use » devraient en refroidir certains. Cela pourrait néanmoins intéresser ceux qui voyagent beaucoup, surtout lorsque l'on voit le tarif de forfaits dédiés aux professionnels comme Origami Jet chez Orange ou l'offre Premium chez SFR. Ces derniers se content en effet de proposer 3 Go par an outre-Atlantique, pour pas moins de 130 euros par mois. Si d'autres s'inspirent de la solution de Google, ou que la société étend sa proposition à d'autres pays, ce marché pourrait bien se retrouver chamboulé aux États-Unis comme ailleurs.

D'autant plus que l'on a droit à une gestion des réseaux et des appels que l'on ne retrouve pas encore chez des opérateurs qui disposent pourtant de leur propre réseau. Les réactions de ces derniers seront donc très intéressantes à analyser dans les semaines et mois à venir et il faudra voir si, comme lors de l'arrivée de Free Mobile en France, cela donnera un coup de peps au marché de la téléphonie mobile à l'international.


chargement
Chargement des commentaires...