Chrome 42 introduit les notifications push pour les sites

Et c'est presque du standard 42
En bref
image dediée
Navigateurs
Vincent Hermann

Google a diffusé hier soir la version 42 de Chrome. Le navigateur montre à nouveau qu’il devient toujours davantage une plateforme de développement qu’une simple interface de consultation du web. Les développeurs vont ainsi pouvoir tirer parti notamment de deux nouvelles API qui autorisent l’envoi de notifications, même quand les pages sont fermées, avec l’accord de l’utilisateur.

Des notifications push pour les sites, sous réserve que l'utilisateur les accepte

Chrome 42 devrait marquer une utilisation beaucoup plus importante des notifications envoyées par les sites. Un tel système existe déjà depuis un moment dans Safari sur OS X, et quelques sites s’y sont d’ailleurs essayés, par exemple MacG. Mais avec les API Push et Notifications, Chrome va probablement permettre une explosion de ce type de fonctionnalité, surtout si Google continue de mettre en place quelques barrières salvatrices.

Globalement, l’usage conjoint de ces API (Application Programming Interface) va autoriser les sites à envoyer une alerte, même si l’onglet a été fermé. Le site utilise en fait la plateforme Google Cloud Messaging, permettant de démarrer du JavaScript durant un court laps de temps. De là, le signal est envoyé aux navigateurs. Cependant, ces alertes ne peuvent en aucun cas être reçues par les utilisateurs tant qu’ils n’ont pas donné expressément leur accord. La question lui sera donc posée et, sans autorisation, il n’y aura point de salut.

Ceux qui utilisent par exemple des extensions Chrome pour recevoir une alerte en cas de nouvel email reçu seront sans doute intéressés par un tel système. On peut imaginer facilement que des sites d’informations pourront propulser une notification en cas d’actualité importante, comme les applications mobiles le font déjà. Autre exemple simple : eBay, qui pourra propulser un message pour informer qu'une enchère a réussi ou qu'elle vient d'être supplantée. Il faudra bien entendu que les développeurs web prennent en charge les deux nouvelles API.

Pour rappel, l'API de notification existe déjà dans Chrome depuis la version 31, et Synology s'en sert d’ailleurs pour son DSM 5.1. La nouveauté est bien l’API Push qui permet une gestion centralisée et presque standardisée de communiquer les informations sans délai. L’API est en effet basée sur le brouillon d’un standard en développement au W3C. De fait, la mise en place de notifications se veut plus simple avec ce système, puisqu'il n'est plus nécessaire de développer des solutions maison. À titre d’exemple, la fonction serait intéressante sur Next INpact, mais nous attendrons notamment de savoir comment de telles notifications seront gérées sur les autres navigateurs.

Chrome 42 notifications push
Notification en cas de surenchère, la roue crantée permet d'accéder aux réglages liés au site 

Chrome 42 se débarrasse des extensions NPAPI

L’autre grand changement dans Chrome 42 est l’arrêt définitif du support des plugins NPAPI (Netscape Plugin Application Programming Interface), un ancien standard. Google espère donc une plus-value sur les performances, la stabilité et surtout la sécurité, les plugins étant des sources régulières de failles de sécurité sur lesquelles les éditeurs de navigateurs n’ont pas prise. Notez qu’il existe toujours un moyen d’activer NPAPI dans les réglages avancés de Chrome (« enable-npapi »), mais que le « flag » sera supprimé en septembre.

En outre, si aucune nouveauté visible n’est présente dans cette nouvelle version, cette version 42 est focalisée sur les performances. Ces améliorations touchent de nombreux composants, notamment l’utilisation du GPU sous Windows, WebRTC, l’ajout d’un mode non bloquant pour les sockets (en cas de surcharge du tampon) ou encore l’estimation du débit disponible pour que les vidéos commencent leur lecture plus rapidement.

Chrome 42 colmate également pas moins de 45 failles de sécurité, dont 4 critiques et 12 trouvées par des chercheurs ou équipes de chercheurs extérieurs, pour un total de 21 500 dollars distribués en récompenses. Comme d’habitude, si vous avez déjà Chrome, le navigateur se met à jour tout seul. Dans le cas contraire, on peut le télécharger depuis sa page officielle.


chargement
Chargement des commentaires...