Une manifestation contre la loi sur le renseignement organisée lundi à Paris

Avis aux « exégètes amateurs » et opposants de « mauvaise foi » 60
En bref
image dediée
Crédits : OnickzArtworks/iStock
Loi
Xavier Berne

L’Observatoire des libertés et du numérique, qui compte parmi ses rangs des organisations telles que La Quadrature du Net et la Ligue des droits de l'Homme, vient de lancer un appel à manifester contre le projet de loi sur le renseignement. Lundi, premier jour des débats dans l’hémicycle, toutes les personnes souhaitant se joindre à la contestation sont invitées à se rassembler devant l’Assemblée nationale à 12h30.

Plus d’une semaine après le lancement du site « Sous-surveillance.fr », la contestation à l’encontre du projet de loi sur le renseignement continue. « La communication gouvernementale ne doit pas nous tromper : en fait d'encadrement, ce projet entérine les pratiques illégales des services et légalise, dans de vastes domaines de la vie sociale, des méthodes de surveillance lourdement intrusives. Le texte ajoute des moyens de surveillance généralisée comparables à ceux de la NSA dénoncés par Edward Snowden, sans garantie pour les libertés individuelles et pour le respect de la vie privé », insiste l’Observatoire des libertés et du numérique (OLN).

Tandis que le député socialiste Jean-Jacques Urvoas a récemment critiqué les « exégètes amateurs qui comblent leurs lacunes par des préjugés » et les opposants « de mauvaise foi pour qui le soupçon tient lieu de raisonnement », La Quadrature du Net, le Syndicat de la Magistrature, la Ligue des droits de l’Homme, le Syndicat des avocats de France, de CECIL et le CREIS-Terminal ont lancé hier un appel à « amplifier le mouvement de contestation » à l’encontre du projet de loi contre le renseignement.

Le rendez-vous a été fixé au lundi 13 avril à 12h30, place Edouard Herriot (aux abords de l'Assemblée nationale), à Paris. La manifestation, qui ne devrait pas se traduire par un défilé, durera normalement entre 1h et 1h30. La Quadrature du Net a prévu d’apporter différentes banderoles et autres flyers à destination des participants, l'objectif étant d'attirer l'attention des députés.

Cet appel a reçu le soutien d’Amnesty International, d’ATTAC ou bien encore de la fondation Copernic. Il intervient alors que de grands hébergeurs français, dont OVH et Gandi, viennent de menacer le gouvernement de délocaliser une partie de leurs infrastructures et de leur personnel au cas où le texte serait adopté en l’état


chargement
Chargement des commentaires...