Sous-Surveillance.fr, le site de la Quadrature du Net contre la loi Renseignement

Se renseigner, même avant de voter 31
En bref
image dediée
Crédits : LQDN
Loi
Marc Rees

La Quadrature du Net vient de lancer Sous-Surveillance.fr, un site destiné informer le plus grand nombre sur les ombres du projet de loi sur le renseignement, et surtout à permettre à quiconque de sensibiliser les parlementaires encore indécis.

Le site propose ainsi une plateforme pour interpeller directement chacun des 577 députés afin de les sensibiliser sur les risques soulevés par ce texte (voir son analyse ligne par ligne). Les principales inquiétudes de la Quadrature se focalisent sur les deux articles du texte qui vont permettre d’un côté, un recueil des données de connexion en accès direct chez tous les opérateurs et aux intermédiaires, de l’autre, l’installation d’une boite noire chez ces mêmes acteurs, afin d’anticiper par algorithme les potentielles menaces terroristes. Comment ? En jaugeant, détectant, reniflant parmi les données de connexions, des comportements supposés trop déviants, le tout sous le prisme de la lutte contre le terrorisme.

Sous-Surveillance.fr prend aussi appui sur la désormais longue liste des opposants à ce texte, citons notamment CECIL, Reporters sans frontières, Creis Terminal, le Syndicat des Avocats de France, le Syndicat de la Magistrature, Amnesty International, la Ligue des Droits de l’Homme. Surtout, le site fait la promotion de ce wiki, lequel propose plusieurs pistes d’amendements au projet de loi, où chacun peut là aussi apporter sa contribution.

« Les citoyens doivent avoir leur mot à dire dans le débat politique et sociétal majeur qu'est la question de la surveillance d'une population. Les députés semblent aujourd'hui peu enclins à contester ce projet de loi : faisons leur faire entendre la voix des libertés et demandons-leur de protéger les citoyens qu'ils représentent ! » tambourine la Quadrature dans son communiqué. « L'ampleur de la mobilisation citoyenne est désormais le seul outil qui pourra faire évoluer les parlementaires avant l'examen du projet de loi en séance publique à partir du 13 avril prochain » considère-t-elle.


chargement
Chargement des commentaires...