Les avertissements de la Hadopi révèleront la fin des séries piratées

La fin justifie les moyens 53
En bref
image dediée
Hadopi MàJ
Xavier Berne

Mise à jour : Poisson d'avril ! Même si une telle pratique pourrait paraître inventive et audacieuse, elle n'est pas à l'ordre du jour pour la HADOPI.

Après s’être montrée relativement calme ces derniers mois, la Hadopi vient de dégainer une nouvelle arme pour lutter contre le piratage de contenus audiovisuels sur Internet. Les abonnés qui recevront un avertissement suite au téléchargement illégal d’une série se verront désormais raconter la fin de celle-ci !

Jusqu’ici, les recommandations envoyées par la Haute autorité ne mentionnaient que la date et l’heure du « crime », ainsi que l’adresse IP de l’abonné flashé sur les réseaux peer-to-peer. Pour savoir quelle œuvre avait été téléchargée illégalement, il fallait entrer en contact avec l’institution – la Hadopi étant l’unique intermédiaire en mesure de vous fournir cette information.

Mais les choses vont changer ! La Commission de protection des droits dirigée par Mireille Imbert-Quaretta vient en effet de modifier la trame des milliers d’avertissements envoyés chaque jour par la Rue du Texel, que ce soit par email ou par courrier recommandé (pour les récidivistes). À partir de ce mois-ci, les notifications de la Hadopi indiqueront l’intitulé de la musique, du film ou de la série illégalement téléchargée.

La fin de Game of Thrones, Engrenages ou House of Cards révélée aux pirates

L’autorité administrative a surtout décidé d’ajouter une mention qui pourrait couper l’herbe sous le pied des fans de séries, très prisées des « pirates » : leur épilogue sera systématiquement inscrit en majuscules dès le début des avertissements, afin que les internautes n’aient plus envie ni besoin de poursuivre celle-ci.

Concrètement, il s’agira par exemple de révéler dès le téléchargement des premiers épisodes l'identité du tueur recherché toute une saison durant par les policiers de la série Engrenages... Les adeptes des « Feux de l'amour » ou de « Game of Thrones » n’ont qu’à bien se tenir ! La manœuvre risque cependant de s’avérer plus complexe pour les séries comiques ou les feuilletons à histoires uniques, à l’image de « Joséphine, ange gardien » ou de « Columbo ».

Pour se lancer dans cet ambitieux chantier en ces périodes de disette budgétaire, la Hadopi a cette fois pu compter sur le soutien du ministère de la Culture, qui lui a alloué cinq contrats aidés supplémentaires pour 2015. Des jeunes, sortis du système scolaire sans diplôme mais adeptes du « binge watching », ont ainsi été recrutés afin de visionner tous les épisodes des principales séries surveillées sur les réseaux peer-to-peer, et ce avant leur sortie officielle. Ce sont eux qui rédigeront les fameux « spoilers », au fil des nouvelles saisons.

En cas de récidive, l'abonné récalcitrant continuera bien entendu de s'exposer à une peine maximale de 1 500 euros d'amende.

Dernière mise à jour le 02/04/2015 00:00:17

chargement
Chargement des commentaires...