Cyanogen lève 80 millions de dollars et affiche ses ambitions

Android, iOS, Android 79
En bref
image dediée
OS
Vincent Hermann

Cyanogen a annoncé hier soir avoir levé 80 millions de dollars et a clairement dévoilé ses ambitions de venir le troisième acteur majeur dans le domaine des plateformes mobiles, après Android et iOS. Une place contestée, Microsoft l’ayant déjà reprise à BlackBerry après l’effondrement de ce dernier.

D'une simple ROM de passionnés à un système d'exploitation crédible

Initialement, CyanogenMod n’avait pas pour objectif de devenir le système qu’il est aujourd’hui. À la grande époque des premières découvertes autour du mode root d’Android, CyanogenMod n’était qu’une ROM parmi tant d’autres, mais qui s’est rapidement détachée par sa faculté à fonctionner sur un nombre croissant d’appareils. Le nom-même est devenu synonyme de dernière révision d’Android sur des téléphones abandonnés par leurs constructeurs.

Le système a largement évolué depuis, au point qu’il est fourni en standard avec le Oneplus One. Même si aucune version basée sur Android Lollipop n’est encore disponible, la véritable entreprise qui entretient CyanogenMod continue de grandir. Elle a d’ailleurs annoncé hier soir qu’elle venait de lever 80 millions de dollars pour développer plus en avant ses activités. Twitter Ventures, Qualcomm Incorporated, Telefónica Ventures, Smartfren Telecom et Rupert Murdoch font ainsi partie des investisseurs. Re/Code avait indiqué il y a quelques semaines que Microsoft cherchait à prendre une part active dans le projet, mais la firme n’est pas présente dans ce tour de table.

Un Android sans les applications Google

Mais qu’est-ce qui peut intéresser ces entreprises alors qu’elles n’ont qu’à se tourner techniquement vers Android ? En fait, CyanogenMod est avant tout un Android sans les services de Google. Pas de Gmail, de Youtube, de Chrome, de Maps et autres. Pour les constructeurs comme Oneplus, il y a un avantage de poids, puisque Google impose d’installer toutes ses applications dans le cas où une seule intéresserait. Impossible donc d'équiper un smartphone Android avec uniquement Gmail.

Le mouvement est donc important puisqu’il envoie un signal clair : des entreprises souhaitent un Android dont le maniement est plus souple. Ces 80 millions de dollars viendront s’ajouter aux 30 millions déjà récoltés (Tencent faisait d’ailleurs partie des premiers investisseurs) et permettront le développement des infrastructures, en plus de permettre un gonflement des équipes et un meilleur appareil marketing.

Cyanogen doit encore trouver d'autres constructeurs

Mais même avec son total de 110 millions de dollars, Cyanogen devra avant tout nouer et stabiliser des accords avec des constructeurs. L’entreprise a l’ambition affichée de devenir le troisième acteur majeur des plateformes mobiles, derrière Android et iOS. Une place actuellement occupée par Microsoft avec Windows Phone, grâce à la dégringolade de BlackBerry dans les parts de marché et la sortie de plusieurs modèles d’entrée de gamme bon marché.

Dans un communiqué, le PDG de Cyanogen, Kirt McMaster, n’a pas caché son contentement : « Nous sommes enthousiastes d’avoir le soutien d’un groupe d’investisseurs stratégiques incroyablement diversifiés, qui nous soutiennent dans la construction d’un Android réellement ouvert ». Mais Cyanogen ne doit pas oublier que si la critique envers Android est facile, son propre système dépend largement du travail effectué par Google. Même si Android repose sur des fondations open source, la firme de Moutain View reste le moteur essentiel de son développement.


chargement
Chargement des commentaires...