Cities Skylines : entre piratage et records de ventes

La qualité serait le meilleur DRM du monde 264
En bref
image dediée
Jeux video
Kevin Hottot

Bien souvent, lorsqu'un jeu se vend bien, ses scores de ventes finissent par être rattrapés par le nombre de copies piratées en circulation. Cities Skylines ne fait pas exception à la règle, mais Paradox Interactive pense avoir trouvé la parade pour limiter l'impact du piratage sur son dernier bébé.

Salué par la critique lors de son lancement (voir notre revue de presse), Cities Skylines a également reçu un très bon accueil de la part des joueurs. Bien aidé par un score de 88/100 sur Metacritic (et une moyenne de 9,5/10 donnée par les joueurs), le titre de Paradox Interactive totalisait déjà plus de 250 000 ventes lors de ses premières 24 heures de commercialisation et le double après une semaine. Un record pour l'éditeur de Crusader Kings.

Fatalement, avec un tel succès sur Steam, le titre a également été accueilli les bras ouverts sur des plateformes d'échanges un peu moins légales. Ainsi, selon Shams Jorjani, le vice-président des acquisitions et de la stratégie de Paradox Interactive, le taux de piratage du jeu est grimpé aussi rapidement que le nombre de ventes. Si, après une journée, aucune copie pirate n'était recensée par le studio, 24 heures plus tard, il était déjà question d'un taux de piratage de 16 %, soit un minimum de 40 000 téléchargements illégaux.

Pour limiter la croissance de ce taux, l'éditeur à une solution plutôt simple : « Notre plan consiste à faire un bon jeu, à le rendre encore meilleur grâce à des mises à jour gratuites, ce afin de rendre plus pratique l'utilisation de Steam. Tout repose sur le fait d'offrir un meilleur service. C'est comme ça qu'on lutte contre le piratage. En rendant l'expérience payante supérieure », explique le dirigeant.

Pour rendre attrayante la version payante du jeu, Shams Jorjani ne compte pas seulement multiplier les mises à jour pour apporter des améliorations à son titre. Une partie de la solution se trouve du côté de Steam Workshop. Selon lui, en facilitant la vie des joueurs via l'installation de mods en quelques clics, cela ne peut qu'inciter les pirates à passer à la version payante de son jeu. Jusqu'ici la recette semble fonctionner, il ne reste donc plus qu'à voir si elle tiendra sur le long cours.


chargement
Chargement des commentaires...