L’État actualise son socle interministériel de logiciels libres

SILL suffisait d'aimer 59
image dediée
Crédits : kaspiic/iStock/ThinkStock
Applications

La France vient de renouveler son « socle interministériel de logiciels libres », cet espèce de guide des solutions libres recommandées pour les ordinateurs de l’administration. On retrouve dans le « cru 2015 » des programmes bien connus tels que VLC, Firefox, LibreOffice ou bien encore Adblock Plus.

Depuis 2013, les pouvoirs publics dressent chaque année une liste des logiciels libres recommandés aux différentes administrations : ministères, collectivités, autorités administratives... Dépourvu de tout caractère obligatoire, ce « socle interministériel de logiciels libres » (SILL) vise à ce que la plupart des agents de l’État soient équipés des mêmes programmes informatiques. Les versions de référence à privilégier sont ainsi clairement présentées, en fonction des usages, histoire également de mettre en exergue les solutions qu’il convient au contraire d’abandonner.

Validée en décembre par la Direction interministérielle des systèmes d'information et de communication (DISIC) et par les DSI ministérielles, la version 2015 du SILL a été mise en ligne voilà plusieurs jours. Comme l’année dernière, on retrouve dans un seul et même tableau le logiciel conseillé pour chaque fonctionnalité (gravure, navigateur, clonage de disque, suite bureautique...), et ce en fonction du système d’exploitation – Linux ou Windows.

Sans grande surprise, le nom des logiciels recommandés n’a guère évolué par rapport au SILL 2014. LibreOffice est par exemple toujours conseillé s’agissant de la bureautique, VLC reste le lecteur multimédia de référence, Thunderbird demeure préconisé pour l’envoi des emails, TrueCrypt pour le chiffrement de disques, PeaZIP pour la compression de fichiers, Firefox pour la navigation web, Gimp pour la retouche d’images, etc. Par contre, les versions de référence ont été actualisées.

Parmi les nouveaux entrants, on note principalement l’arrivée d’Audacity dans la catégorie « Enregistrement et édition de sons » – qui n’existait pas auparavant.

Pour faciliter la tâche des administrations, la DISIC a mis en ligne un fichier ISO d’environ 1,7 Go, lequel rassemble la plupart des logiciels libres assurant les fonctionnalités de base d'un poste de travail sous Windows. Il peut être téléchargé, gratuitement et légalement, par toute personne, même extérieure à l’administration (voir ici la version 2014, la version 2015 n’étant pas encore proposée).

Au travers d’une réponse écrite apportée à la députée Isabelle Attard, le gouvernement affirmait il y a quelques mois que 207 millions d’euros avaient été dépensés en 2013 pour l’acquisition de logiciels. L’exécutif a cependant du mal à évaluer l’importance du libre au sein de l’administration, comme le démontre l’absence de réponse aux nombreuses questions de l’élue Nouvelle Donne. Soulignons toutefois que certains ministères n’ont pas attendu l’élaboration du SILL pour s’équiper en logiciels libres. Le ministère de l’Intérieur a par exemple troqué Outlook contre Thunderbird dès 2008. La Hadopi s’est elle aussi engagée dans une migration vers LibreOffice l’année dernière.

Publiée le 10/03/2015 à 09:50
Xavier Berne

Journaliste, spécialisé dans les thématiques juridiques et politiques.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €


chargement
Chargement des commentaires...