OCS signe un accord avec Sony Pictures Television

Et un label « OCS originals », c'est pour quand ? 11
En bref
image dediée
Télévision
David Legrand

Alors que les géants de la SVOD se battent pour financer de plus en plus de contenus et signer des accords, OCS vient d'indiquer de son côté que ses chaînes diffuseront bientôt des séries et des films de Sony Pictures Television en première exclusivité.

OCS n'est pas un service de SVOD. En effet, bien que les contenus soient accessibles à la demande, il s'agit d'un bouquet de chaînes de cinéma disponible de manière linéaire, le tout étant proposé pour 12 euros par mois par la plupart des FAI. Il n'est ainsi pas possible de s'abonner uniquement pour un accès via internet, contrairement à Canalplay et Netflix.

Les films et séries de Sony Pictures Televisions arrivent en première diffusion chez OCS

Un point regrettable pour certains, mais qui assure à OCS un avantage de poids sur un point : la chronologie des médias. Car, comme le rappelle le site du CSA, les services de cinéma peuvent proposer un film dès 10 à 12 mois en première diffusion, contre 36 mois pour un service de SVOD :

Chronologie des médias 2009

Et si OCS est connu pour proposer de nombreuses séries HBO, qui arrivent ensuite sur les chaînes du groupe Canal, le bouquet propose aussi chaque mois de nombreux films. C'est dans ce cadre qu'un accord pluriannuel vient d'être signé avec Sony Pictures Television (SPT) afin de permettre à OCS de diffuser l'intégralité des nouveautés inédites comme Captain Phillips, ChappieElysium, Equalizer, The Walk ou White House Down.

Cela couvre aussi des séries et il est précisé qu'OCS proposera Transparent et Mozart in the jungle en VOST le lendemain de leur passage aux États-Unis via son programme US+24, puis en version française un peu plus tard. Elle diffusera aussi Powers, une série estampillée « PlayStation Originals » dont la sortie mondiale est attendue pour mardi prochain. Mais le catalogue de SPT est vaste et l'on attend de voir ce qui résultera de cette association dans les mois à venir.

OCS montre les muscles face à la SVOD, mais ne marque pas encore assez les esprits

Un accord important pour OCS puisqu'il lui permet tout d'abord de se démarquer de son image de « version française d'HBO » au niveau des séries, tout en continuant de renforcer son catalogue face à ses concurrents du monde de la SVOD qui montent en puissance. Car si ces derniers ont l'avantage de disposer d'une procédure d'abonnement et d'une diffusion bien plus simple et plus souple, ils doivent en contrepartie se contenter d'un catalogue de films qui datent de trois ans, pour le moment.

Reste à voir si cela sera suffisant et si OCS ne devra pas aussi apprendre à se renforcer sur le terrain des contenus originaux. Car si la chaîne dispose d'engagements de production en faveur du cinéma français et européen, on ne peut pas dire que l'on puisse avoir en tête des résultats qui ont marqué les esprits. Et l'on imagine mal Q.I. rivaliser avec la puissance d'un Girls, alors que chacun peut facilement citer plusieurs productions majeures labellisées « Netflix originals » ou « Création originale Canal+ ».

Des productions maison que le groupe Canal réserve en France à ses chaînes payantes ou gratuites, mais qu'il ne propose pas à OCS dont il est pourtant actionnaire, ni à Canalplay... qui doit donc se contenter d'annoncer un partenariat avec HBO pour la diffusion de séries qui ont entre 5 et 10 ans depuis le 27 février comme Band of Brothers, Hung, In treatmentSex & the city, The Pacific et Treme. Certaines n'arrivant que d'ici quelques semaines pour les abonnés.


chargement
Chargement des commentaires...