La SNCF va mettre ses horaires de TGV en Open Data

En espérant qu'il n'y ait pas de retard... 91
En bref
image dediée
Crédits : SNCF
Web
Par
le mercredi 11 février 2015 à 14:20
Xavier Berne

Outre l'installation du Wi-Fi dans les trains, la SNCF a également évoqué la question de l’Open Data, hier, en dévoilant son plan « digital ». L’établissement public devrait notamment ouvrir les données relatives aux horaires de ses TGV, alors que celles-ci manquent encore cruellement à l’appel.

Les horaires des TGV manquent à l'appel sur la plateforme d'Open Data de la SNCF

Ce véritable point noir avait été souligné une nouvelle fois par l’Open Knowledge Foundation en décembre dernier : les horaires théoriques des TGV ne sont toujours pas mis à la disposition du public dans un format libre et ouvert, alors que c’est le cas des autres trains (TER et Intercités notamment). Les efforts de la SNCF en matière d’Open Data méritent pourtant d’être salués, le transporteur alimentant depuis 2011 une plateforme de données ouvertes, qui contient par exemple le référentiel des gares.

La situation semble néanmoins appelée à évoluer très prochainement. « Ce que nous voulons faire, c’est accélérer en industrialisant » a déclaré hier Yves Tyrode, le directeur « digital » de la SNCF, à propos de l’Open Data. Avant de s’expliquer : « De quelles data parlons-nous ? Des horaires théoriques, des horaires temps réel et aussi des correspondances. Nous parlons de l’ensemble des trains du quotidien, mais nous parlons aussi prochainement des TGV. »

sncf open data

Contactée, la SNCF nous confirme que l’ouverture des données relatives aux horaires des trains à grande vitesse est effectivement sur les rails, a priori pour le « premier semestre » 2015. Yves Tyrode a en outre expliqué hier que de nouvelles API seraient disponibles « fin mai », afin que les développeurs puissent accéder de manière plus automatique à ces informations, c’est-à-dire dès qu’elles sont actualisées.

Des barrières tarifaires seront cependant imposées pour l’accès à ces API. « Les start-ups [ou] les utilisateurs qui utilisent peu de données ne paieront pas – ou très peu – l’accès à ces données. En revanche, les gros utilisateurs de ces données (je pense en particulier aux multinationales du Net) paieront davantage » a déclaré Yves Tyrode, sans évoquer de quelconque tarif.

Les pouvoirs publics décidés à faire bouger les choses s'agissant des données de transport 

Cet engagement de la SNCF intervient quelques jours après que les députés ont décidé de contraindre toutes les entreprises assurant des « services réguliers de transport public de personnes » à mettre à la disposition du public, sur Internet et « sous un format ouvert et librement réutilisable », différentes données portant notamment sur leurs horaires théoriques et leurs arrêts (voir notre article). Votée dans le cadre de la loi Macron, cette mesure qui s’imposera aussi bien à la SNCF, à la RATP ou aux compagnies de bus, devra cependant être confirmée par le Sénat.

On retiendra d'ailleurs que le gouvernement s'y était opposé, au motif que la question des données de transport devrait être abordée à l'occasion du futur projet de loi numérique, dont un volet entier sera consacré à l'Open Data. Les élus du Palais Bourbon ont cependant estimé qu'il fallait faire évoluer la législation sans attendre davantage, le fameux texte tardant encore et toujours à pointer le bout de son nez.


chargement
Chargement des commentaires...