Valve serre la vis sur les échanges de clés contre des votes sur Greenlight

Serge Dassault désapprouve 19
En bref
image dediée
Jeux video
Kevin Hottot

Désavoué par Gabe Newell il y a tout juste un an, le programme Steam Greenlight existe toujours et nous livre chaque mois sa dose de jeux totalement improbables. Si Valve n'a pas encore décidé de mettre fin à ce programme, l'éditeur vient de reserrer quelques vis concernant la façon dont les studios peuvent faire la promotion de leurs jeux.

En août 2012, Valve a lancé un programme baptisé Steam Greenlight, où les studios présentent au public les jeux qu'ils aimeraient proposer à la vente sur Steam. Un système de votes permet alors de savoir si oui ou non, les joueurs se disent prêts à acheter le jeu s'il devait être disponible sur la plateforme. Enfin, toutes les deux semaines, Valve accorde aux titres les plus populaires le droit d'entrer dans la boutique Steam.

Des clés contre des votes

En l'espace de deux ans et demi, ce sont 2292 jeux qui ont obtenu leur feu vert de la part de Valve, et 542 d'entre-eux sont désormais disponibles dans le catalogue de la plateforme. Certains ont réussi à se faire remarquer, comme Papers Please, Rogue Legacy ou encore Asseto Corsa, mais pour l'immense majorité d'entre-eux, le succès n'est malheureusement pas le même.

Malgré cette incertitude, certains studios sont prêts à mettre tout en œuvre pour obtenir leur place dans la boutique de Valve, et proposent aux personnes ayant voté pour leur jeu sur Greenlight d'obtenir gratuitement des clés du jeu une fois celui-ci disponible à la vente. Une manœuvre faite uniquement dans le but d'acquérir rapidement assez de votes pour grimper dans le classement des jeux Greenlight, afin d'atteindre une place assez haute pour prétendre à une entrée sur Steam.

Valve n'approuve pas cette pratique

Si la pratique est de plus en plus populaire au sein des studios, Valve ne la voit pas d'un très bon œil, et a publié un message (capturé par Steam DB) à l'attention des développeurs présents sur sa plateforme. « Quand vous donnez des copies de vos jeux en échange de votes, vous nous mettez dans une situation vraiment inconfortable », explique ainsi un employé de Valve.

Pour l'éditeur, ces votes obtenus contre marchandage ne « représentent pas avec précision l'intérêt des consommateurs, et cela rend notre travail plus compliqué pour ce qui est de choisir quels jeux, les joueurs vont vraiment acheter sur Steam. De plus, quand vous donnez des copies de vos jeux en échanges de votes, les autres développeurs sur Greenlight peuvent penser que c'est désormais ce qu'il faut faire pour se faire remarquer. Nous ne pensons pas que cela soit très sain pour le système, ni que c'est ce que souhaite réellement le consommateur ».

Pour le moment, Valve ne veut pas interdire cette pratique, mais signale à tous les studios concernés que s'ils l'utilisent, le processus de validation de leur jeu sera rallongé de manière significative, « car cela nous demande beaucoup plus de travail d'essayer de comprendre l'intérêt des consommateurs pour un titre qui a collecté un nombre inconnu de votes ainsi ». 


chargement
Chargement des commentaires...