Les demandes de retraits de tweets grimpent de 84 %

De l'eau dans le gazouilli 25
En bref
image dediée
Crédits : Little_Desire/iStock Editorial/Thinkstock
Justice
Xavier Berne

Twitter a procédé hier à la mise à jour de son « Transparency Report », cette plateforme à partir de laquelle les internautes peuvent avoir une idée du nombre de requêtes envoyées par des autorités (services de police, décisions de tribunaux...) en vue d’obtenir des retraits de tweets ou bien des informations sur des utilisateurs en particulier. Dans un cas comme dans l’autre, force est de constater que la tendance est encore une fois à la hausse.

La France descend du podium

Du 1er juillet au 31 décembre 2014, le célèbre réseau social affirme avoir reçu 796 demandes de retraits de tweets jugés illicites (propos racistes, insultes, etc.), soit quasiment 84 % de plus que lors du semestre précédent. Twitter n’a donné une suite favorable qu’à 13 % de ces requêtes, procédant ainsi au blocage de 1 982 tweets – uniquement pour les internautes du pays émetteur.

twitter transparency

En tête des pays « demandeurs », se trouve tout d’abord la Turquie avec 477 requêtes, suivie de très loin par la Russie (91) et l’Allemagne (43). La France arrive quant à elle en quatrième position, avec 35 demandes (dont une seule fut ordonnée par un tribunal). Le réseau social précise qu’il a suivi un peu moins de la moitié de ces requêtes, bloquant ainsi 15 tweets aux utilisateurs hexagonaux. On retiendra surtout la baisse du nombre de demandes provenant de France : il y en a eu 108 lors du semestre précédent, et plus de 300 entre juillet et décembre 2013 !

Les raisons de cette baisse considérable restent inexpliquées. On peut toutefois rappeler que les signalements « prioritaires » effectués par certaines organisations telles que SOS Homophobie étaient jusqu’ici comptabilisés dans la partie des demandes provenant « des agences gouvernementales, de la police, autres ». Ils constituaient d’ailleurs une très grosse partie du nombre total de demandes émanant de la France (voire la quasi-totalité, comme en 2013).

Twitter a délivré des informations relatives à plus de 7 000 comptes

S’agissant ensuite des demandes d’informations sur les utilisateurs de Twitter (formulées dans le cadre d’enquêtes de police notamment), l’augmentation avoisine cette fois les 40 %. Lors du second semestre 2014, le célèbre réseau social a reçu 2 871 requêtes, contre 2 058 lors de la période précédente. À nouveau, la Turquie arrive dans le peloton de tête – avec 356 demandes – ce qui n’est guère surprenant au regard des récentes attaques du pouvoir en place à l’encontre des plateformes communautaires. Ce sont toutefois les États-Unis qui sont en tête du classement, avec 1 622 requêtes. La France se place quant à elle en septième position (60 demandes), derrière le Japon, le Royaume-Uni, la Russie ou bien encore l’Espagne.

Twitter a coopéré dans plus d’un cas sur deux, le réseau social ayant ainsi délivré des informations portant sur un total de 7 144 comptes (dont 81 pour la France).

L’ensemble de ces chiffres est cependant à prendre avec beaucoup de précautions, certaines demandes émanant des services de renseignement ne pouvant par exemple pas être publiquement dévoilées par les géants du Net. Twitter a d’ailleurs engagé une action judiciaire contre le gouvernement américain à ce sujet (notre article). Il faut également rappeler que d’une manière plus générale, l’accès au site de micro-blogging peut être difficile voire impossible aux populations de certains pays, à l'instar de la Chine ou de l'Iran.

Plus de 26 000 tweets supprimés au nom du droit d’auteur

Ces chiffres doivent enfin être mis en lumière avec ceux relatifs aux demandes formulées par les ayants droit, en vue du retrait de tweets pouvant porter atteinte à leurs droits d’auteur (utilisation illicite d’images protégées notamment). Du 1er juillet au 31 décembre 2014, Twitter en a reçu 16 648, soit quasiment 7 000 de plus que lors du semestre précédent (+80 %). Le réseau social a procédé à une suppression dans 66 % des cas, d’où une purge de 32 462 « gazouillis ».

Parmi les principaux demandeurs, on retrouve tout d’abord les majors de la musique réunies au sein de l’IFPI (Fédération internationale de l'industrie phonographique), suivie par quatre sociétés spécialisées dans le retrait de contenus pour les ayants droit. On notera d’ailleurs la présence de TMG, du nom de l’entreprise française qui « flashe » les adresses IP alimentant le dispositif de riposte graduée assuré par la Hadopi

twitter transparency

Cette actualisation du « Transparency Report » de Twitter a une saveur un peu particulière en France. Depuis les attentats de Charlie Hebdo, le gouvernement n’a de cesse de plaider pour une accentuation de la responsabilité des intermédiaires techniques, le but étant d’arriver à une suppression plus massive des contenus faisant l’apologie du terrorisme ou incitant à ces actes. François Hollande a par ailleurs demandé à son Premier ministre un plan contre le racisme et l’antisémitisme comprenant un volet de « régulation du numérique »


chargement
Chargement des commentaires...