Attaque de l'AFNIC : Pierre Bonis répond à nos questions

Décidément... 78
En bref
image dediée
Crédits : Andrey Shadrin/iStock/Thinstock
Securité MàJ
Sébastien Gavois

Mise à jour : Pierre Bonis, directeur adjoint de l'AFNIC, a accepté de répondre à nos questions.

L'AFNIC vient d'annoncer que son site était en train de subir une attaque, son site étant actuellement « en cours de maintenance ». Afin d'en savoir plus nous avons interrogés Pierre Bonis, son directeur adjoint.

L'actualité est relativement chargée ces derniers temps dans le domaine des attaques informatiques. En effet, l'ICANN en a fait les frais mi-décembre, tandis que la France a subi l'opération #OPFrance la semaine dernière. Cette nuit, le compte Twitter du Monde a été piraté et c'est désormais au tour de l'AFNIC (Association française pour le nommage Internet en coopération) d'avoir droit à une attaque en règle.

Via son compte Twitter, l'association qui gère les noms de domaines en .fr, annonce subir une attaque de ses services et précise que « des mesures ont été prises et un retour à la normale est en cours ». Néanmoins, force est de constater que, plusieurs heures plus tard, le site est toujours « en maintenance »... du moins lorsqu'il répond. Notez par contre que la résolution des domaines en .fr fonctionne sans problème. Aucune revendication ne semble avoir été formulée pour le moment et il faudra voir si cette attaque est liée à l'opération #OPFrance qui visait principalement des sites en .fr.

L'enregistrement de domaines en .fr indisponible pendant deux heures

« A 12h à peu près, un nombre très inhabituel de paquets est arrivé sur nos services. Nous avons régulièrement des attaques DDoS, mais celle-ci nous est parue plus importante. Elle a fait tomber un de nos pares-feu » nous explique Pierre Bonis, directeur adjoint de l’AFNIC qui a ouvert une cellule de crise. «  Entre 12h30 et 13h, cette première défense étant tombée, on a eu des difficultés sur des services rendus aux bureaux d’enregistrement », poursuit-il.

Concrètement, l’attaque a empêché l’enregistrement de nouveaux noms de domaine, la publication toutes les 10 minutes de la nouvelle zone DNS avec la liste des nouveaux domaines enregistrés et les whois (coordonnées des propriétaires des noms de domaines). « Les services sont tombés deux fois, pendant une période cumulée de deux heures. Quand on fait des maintenances programmées, on est sur ces niveaux d’interruption de ce type de services… même si là ce n’est pas programmé ! » nous déclare Bonis. « La résolution DNS a elle fonctionné sans problème » pendant ce temps, rassure-t-il tout de même. En clair, s’il n’était pas possible d’enregistrer de noms de domaine pendant deux heures ce midi, les millions de sites .fr étaient, eux, bien accessibles.

Les sites désactivés de manière volontaire

« Nos services ont été en difficultés aux alentours de 13h30 à 14h. En contre-mesure, nous avons filtré toutes les adresses IPv6 qui visaient notre site web, puis des plages entières d’adresses IPv4. On a remis en place les pares-feu et des services touchés » explique encore Pierre Bonis. « On a désactivé nous-mêmes le site de l’AFNIC suite à une deuxième attaque, pour protéger les services rendus aux bureaux. Toutes les services sont donc fonctionnels, sauf le site. Le site web n’est toujours pas rétabli parce qu’on n’a absolument pas la certitude sur la réponse à apporter à cette attaque, qui est toujours en cours » affirme le responsable de l’AFNIC.

« Nous sommes en train de gérer les contre-mesures et de mettre un terme à l’attaque. Nous avons pris contact avec les autorités compétentes, dont l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (ANSSI). On a déjà décidé de porter plainte dans les prochaines heures, une fois qu’on aura réussi à faire une première analyse complète de la situation », peut-être demain, nous indique enfin Pierre Bonis. 

AFNIC

Dernière mise à jour le 21/01/2015 20:48:23

chargement
Chargement des commentaires...