CES 2015 : de nombreuses annonces et une French Tech qui va devoir convaincre

Tout ce qui se passe à Vegas, reste à Vegas... ou pas 51
En bref
image dediée
Crédits : somchaij/iStock/ThinkStock
Finances CES
Sébastien Gavois

Du 6 au 9 janvier, le CES ouvrira ses portes à Las Vegas. Comme chaque année, ce salon sera le théâtre de nombreuses annonces, que ce soit pour le marché informatique au sens large, mais aussi pour ce qui est des objets connectés ou du multimédia. La French Tech devrait aussi faire son show Mais à quoi faut-il s'attendre ?

Le CES (Consumer Electronics Show) est un rendez-vous incontournable pour les amateurs d'informatique et de nouvelles technologies. Ce salon, qui se tient début janvier à Las Vegas, donne une idée de ce que sera la tendance de l'année à venir. L'occasion pour les constructeurs en tous genres de dévoiler leurs nouveautés et d'évoquer leurs projets, avant d'enchainer avec le MWC de Barcelone et le CeBIT de Hanovre en mars, puis le Computex de Taipei en juin.

La French Tech débarque à Las Vegas...

Comme nous avons déjà eu l'occasion de le détailler, les startups françaises seront bien représentées, cette année encore. Axelle Lemaire, secrétaire d'État chargée du numérique, compte bien capitaliser sur cet évènement et avait d'ailleurs annoncé que, « pour la première fois, le tiers des startups présentes au CES de Las Vegas seront Françaises ». Infographie à la clef, le Gouvernement évoque la présence de 120 entreprises, dont 66 startups au sein de l'Eureka Park (contre 152 au niveau américain).

Il sera d'ailleurs intéressant de voir ce qu'il ressort de cette présence, et comment cela sera traité par la presse plus généraliste. En effet, certaines initiatives seront sans doute mises en avant à cette occasion afin de montrer le rayonnement français à l'étranger, mais il faudra se méfier des cas de « French Washing ». Si des cas ont déjà défrayé la chronique, on pense par exemple au Kubb, présenté il y a quelques semaines comme la révolution du moment, symbole de l'informatique à la française.

... mais attention au « French Washing »

Or, il faut assez peu de temps pour s'apercevoir que la carte mère intégrée n'est que celle d'un NUC d'Intel (vendu vide pour 260 euros environs) à peine retournée, dont découle les avantages techniques mis en avant, notamment son aspect compact. Le produit avait d'ailleurs été présenté à la presse lors de la dernière soirée « Geek so In » du constructeur, après une première annonce plus locale.

Dès lors, si les composants sont simplement intégrés, l'innovation ne peut venir que du boîtier et de la façon de présenter l'ensemble. Cela tombe bien puisque la société derrière ce Kubb n'est pas vraiment une startup puisqu'elle existe depuis 2002 : Bleu Jour. Il s'agit d'un intégrateur expérimenté de la région toulousaine qui propose depuis longtemps des machines de petite taille qui étaient distribuées par Bacatà (celle-ci par exemple), un grossiste qui a connu quelques difficultés financières en fin d'année dernière. Deux sociétés qui ont un point commun : le gérant de la première est aussi le directeur général de la seconde : Jean-Christophe Agobert.

La marque, qui cherche à proposer son produit à partir de 700 euros (licence Windows 8.1 comprise), notamment dans des boutiques qui n'ont rien à voir avec le marché informatique (décoration, meubles, etc.) vante néanmoins la conception française de la coque, l'intégration et le travail d'artisans, évoquant des centaines d'heures de travail nécessaires pour chaque modèle. 

« Chaque coque, 100% française, puise sa source au cœur de notre patrimoine artistique et culturel. Elle est le subtil mélange entre une technologie de pointe et des métiers d'arts tels que la métallerie, la ferronnerie, la chaudronnerie, l'ébénisterie et la maroquinerie. »

Impossible néanmoins d'en savoir plus pour le moment sur ces artisans ou ce que nécessite réellement la conception de ce cube interchangeable, proposé seul entre 100 et 300 euros. Jean-Christophe Agobert nous a néanmoins assuré que ses équipes « ont travaillé et amélioré la solution de refroidissement » utilisée pour la base de la machine, et que « chaque coque est fabriquée à la main et peinte à la main »

On regrettera donc que la communication, qui évoquait un « ordinateur français » et une « révolution française » (rien de moins), n'ait pas été plus claire. Cela aurait évité pas mal de confusions, notamment sur le fait qu'une intégration de composants en France soit si rare, alors que c'est une tâche effectuée par la majorité des revendeurs. Un boîtier fabriqué de manière locale est, par contre, réellement une exception. Il est donc dommage de ne pas en dire plus sur cette étape.

De quoi poser la question de la définition du « Made in France » lorsqu'appliqué au marché des nouvelles technologies et de la transparence nécessaire à ce niveau. Devra-t-on en passer par la création d'un label à la manière du « Origine France Garantie » qui répond à un cahier des charges strict ? N'importe quelle société située dans une métropole French Tech pourra-t-elle invoquer le fameux coq rouge pour sa communication, et ce, quelles que soient ses pratiques ? Tant de questions auxquelles il faudra répondre.

Des objets connectés partout, pour tout faire

Quoi qu'il en soit, le CES 2015 sera également l'occasion de donner le coup d'envoi de la cité des objets connectés à Angers. Et sans surprise, ces produits occuperont une place de choix, notamment avec des sociétés françaises. Parrot sera ainsi de la partie avec un pot de fleurs capable d'arroser les plantes tout seul ou son nouveau casque connecté, tandis que Withings exposera une nouvelle version de sa montre connectée Activité, tant de produits sur lesquels nous aurons l'occasion de revenir.

De son côté, Archos exposera sa box domotique Smart Home prenant en charge une large sélection de récepteurs 433 MHz (Somfy, DI.O Chacon, Blyss, Otio, Conrad, etc.). D'autres surprises seront évidemment de la partie et, comme l'année dernière, nous aurons sans doute l'occasion de faire le bilan des tendances du moment en la matière.

Des voitures pilotables via une montre, de la 8K et des tas d'appareils mobiles

Mais le CES 2015 devrait également être le théâtre d'annonces du côté de l'automobile. Hyundai a d'ores et déjà dévoilé son application pour montre connectée qui permet de contrôler sa voiture à distance. Il est ainsi question d'allumer et d'éteindre le moteur, d'ouvrir et de fermer les portes, d'activer les clignotants ou le klaxon, de retrouver sa voiture via géolocalisation, etc. D'autres fabricants devraient également se lancer sur le créneau et on attend aussi des nouveautés du côté des systèmes CarPlay d'Apple et Android Auto de Google. 

Hunday voiture connectée

Pour ce qui est des télévisions, la 4K devrait être la norme, comme c'était déjà le cas l'année dernière...  et ce malgré le fait que très peu de contenu soit encore disponible, faute de standards disponibles notamment pour ce qui est du Blu-ray. Mais LG souhaite visiblement déjà aller plus loin et devrait exposer une TV de 55 pouces affichant une définition 8K (7860 x 4320 pixels), un type de définition que nous avions déjà évoqué. Il sera intéressant de voir si des annonces seront faites du côté des puces capables de gérer la décompression ou la compression matérielle du H.265 (HEVC), qui devraient aussi se généraliser.

Les ordinateurs portables et autres smartphones et tablettes ne seront évidemment pas oubliés, notamment suite à la prochaine conférence d'Intel qui sera sans doute l'occasion d'évoquer de nouveaux processeurs de la génération Broadwell. Qualcomm ne devrait pas être en reste, tandis que NVIDIA a d'ores et déjà présenté officiellement sa nouvelle puce Tegra X1.

Conférences 2015, demandez le programme

Car le CES ce n'est pas qu'un salon d'exposants qui veulent proposer leurs nouveaux gadgets à la mode dans les allées de Las Vegas, c'est également des conférences et l'occasion de grosses annonces qui vont donner le tempo de l'année pour une partie du marché.

Si vous voulez les suivre, voici les principales qui seront à suivre (la liste complète se trouve par ici), avec l'heure française de leur éventuelle diffusion et un lien lorsqu'il est déjà connu :


chargement
Chargement des commentaires...