L’Élysée va consacrer 520 000 euros à la sécurisation de ses systèmes informatiques

Data Center Parc 77
En bref
image dediée
Crédits : Thomas Faivre-Duboz (CC BY-SA 2.0)
Loi
Xavier Berne

Plus de 500 000 euros devraient être alloués l’année prochaine à la sécurisation des systèmes informatiques de la présidence de la République, qui sont régulièrement l’objet de cyberattaques. L’Élysée espère en particulier pouvoir disposer d’un « data center » hautement sécurisé.

Un million d'euros pour des projets informatiques

À l’occasion de l’examen du projet de loi de finances pour 2015, quelques parlementaires se sont penchés sur la dotation de près de 100 millions d’euros qui devrait être versée à la présidence de la République l’année prochaine. Au fil du rapport du député Marc Le Fur (UMP), on apprend ainsi qu’en matière de nouvelles technologies, 490 000 euros seront alloués aux « équipements informatiques et de télécommunication ». Il est également indiqué que 1 million d’euros sera destiné à :

  • des « projets ciblés sur la sécurité des systèmes d’information, pour 520 000 euros dont 206 000 euros pour l’intranet sécurisé et 100 000 euros pour le data centre »,
  • des « projets d’investissement portés par les services, pour répondre aux nouvelles nécessités de leur métier ou à l’obsolescence de leurs systèmes d’information ».

Si le tout s’avère assez vague, un rapport du sénateur socialiste Jean-Pierre Sueur retient que les 520 000 euros consacrés à la sécurité des systèmes informatiques de l’Élysée constituent « une véritable nécessité, compte tenu des « cyberattaques » récurrentes, parfois d’entités situées à l’étranger, dont ceux-ci sont victimes ». Si ces infrastructures sont surveillées par l'ANSSI, on se souvient notamment d’un piratage survenu en 2012, lequel se serait soldé par le vol de plusieurs notes secrètes (voir notre article).

L’Élysée veut son data center « hautement sécurisé »

Les services de François Hollande envisagent de fait différents investissements, concernant notamment un projet de « data center ». Jean-Pierre Sueur explique à cet égard que « la présidence de la République prévoit l’hébergement d’une part importante de ses infrastructures informatiques au sein d’un data centre public hautement sécurisé, qui hébergera également des infrastructures informatiques relevant du ministère de la Défense et de la gendarmerie nationale ». C’est la Direction interministérielle des systèmes d’information de communication (DISIC), dont le budget a récemment été augmenté en toute discrétion, qui pourrait s’occuper du projet, dans la mesure où l’institution porte actuellement « un ambitieux programme de rationalisation de l’offre data centre pour l’État », poursuit le rapport.

S’agissant enfin des télécommunications, on peut lire qu’en 2014, « la présidence de la République a fait homologuer son réseau interne, sa future téléphonie fixe (projet IPBX - SATORI) et sa téléphonie mobile (projet SMS) au niveau « diffusion restreinte ». Cette démarche la place désormais à un standard élevé de sécurisation pour ce qui concerne ses outils du quotidien ». Le sénateur Sueur affirme que ces projets décidés en 2013 « trouveront leur plein aboutissement début 2015 ».


chargement
Chargement des commentaires...