Ignite : des applications automatiquement installées après la vente d'un smartphone

Des tas d'applications, rien que pour vous 35
En bref
image dediée
Crédits : rvlsoft/iStock/Thinkstock
Applications
Vincent Hermann

La société Digital Turbine propose aux opérateurs de téléphonie mobiles une solution permettant à des applications d’être envoyées vers des smartphones Android après la vente de ces derniers. Les utilisateurs verraient alors de nouvelles icônes apparaître sur leurs écrans, ce qui répondrait à certaines problématiques, tout en en créant d’autres.

Installer les applications maison après plutôt qu'avant la vente du smartphone

De nombreux opérateurs de téléphonie fournissent des applications spécifiques quand ils le peuvent, le plus souvent sur les smartphones Android, très personnalisables, bien que cela soit possible également en partie avec les Windows Phone. Pour l’opérateur intéressé, cela signifie que les applications et les modifications doivent être prêtes avant la commercialisation du produit, ce qui implique parfois certains retards.

Qu’à cela ne tienne, Digital Turbine veut apporter une solution. Nommée Ignite, elle doit permettre d’installer les applications à distance sur les smartphones après qu’ils ont été vendus. Ignite veut court-circuiter la chaine habituelle en gagnant du temps sur la logistique. Les smartphones ainsi livrés contiennent un processus d'activation modifié qui est chargé de récupérer automatiquement les applications à la première utilisation.

Pour une partie des utilisateurs, le problème ne fait que se déplacer

Verizon et T-Mobile sont déjà intéressés depuis un certain temps par cette solution qui permettra de commercialiser plus rapidement les téléphones, mais ils ne l’ont pas encore utilisée. Quelques opérateurs semblent cependant se servir d'Ignite, tels que Vodafone ou Telstra, selon Digital Turbine. Mais si les opérateurs ne se sont pas encore servis de cette solution, c’est peut-être parce que l'expérience utilisateur doit également être prise en compte. Les utilisateurs n’apprécient en effet que modérément les multiples applications qui consomment de la mémoire sur un appareil qui n’en contient pas forcément beaucoup à la base.

Le problème est en fait comparable aux « bloatwares » qui envahissent les disques durs des ordinateurs vendus par certaines entreprises. Une situation qui n’est pas nouvelle donc puisqu’elle génère des revenus pour les entreprises impliquées, soit par la vente de contenus, soit via des partenariats avec d’autres sociétés qui rémunèrent ensuite en fonction du nombre de copies écoulées. Le problème est que ces applications sont déjà une gêne pour une partie des utilisateurs, et le fait de forcer leur passage vers les téléphones après leur achat ne risque pas d’améliorer la situation, surtout qu’elles ne peuvent pas être désinstallées, sauf si l’on passe le smartphone en root.

Ignite nécessite une version spécifique d'Android modifiée par l'opérateur 

Forbes, qui rapporte les informations, note cependant que tous les smartphones Android ne seront pas concernés : seuls ceux fournis avec une version spécifique du système à l’opérateur pourront agir de cette manière. Les Nexus de Google seront ainsi épargnés dans tous les cas. Digital Turbine espère en tout cas fournir aux opérateurs le moyen d’accélérer certaines étapes en supprimant le « pré-chargement » au profit du « post-chargement ». Selon l’entreprise, les opérateurs pourront ainsi pousser leurs mises à jour quand ils le souhaitent et ainsi toujours rester à la page.

Reste que les utilisateurs préfèreraient pour beaucoup avoir le choix. S’ils ne peuvent refuser des téléchargements automatiquement sur leurs smartphones, qu’ils puissent au moins les supprimer pour ne pas qu’ils consomment de la place inutilement, tout en donnant la raison de cet effacement. 


chargement
Chargement des commentaires...