Un nouveau jeu, un pilote de 300 Mo : à quand la mise à jour incrémentale ?

Quand les géants du hardware ont tout à apprendre du mobile 87
En bref
image dediée
Crédits : jmiks/iStock/Thinkstock
Carte graphique EDITO
David Legrand

Lorsque la sortie de jeux majeurs se multiplient, les éditeurs multiplient les lancements parfois à la va-vite, et les constructeurs de cartes graphiques suivent en mettant chaque semaine un nouveau pilote en ligne. Mais les joueurs n'ont-ils pas mieux à faire que de constamment télécharger des packs de près de 300 Mo ?

Je ne sais pas vous, mais moi j'aime bien avoir mes machines à jour. Ainsi, je regarde assez régulièrement du côté de Windows Update ce qu'il y a de nouveau, quand je ne le fais pas avec Chocolatey pour les applications installées, sans parler de ma tendance à lancer un terminal pour faire de même sous Linux à la première occasion.

Tout s'accélère, et chaque micro-nouveauté fait l'objet d'une mise à jour

Une façon de faire qui s'est renforcée avec les appareils mobiles et les « Store » qui font cela tout seul pour la plupart, ce qui est un vrai gain de temps, même si certains éditeurs ont tendance à publier une nouveauté tous les deux jours plutôt que de faire cela par lots. 

Mais si il y a bien un secteur dans lequel les nouveautés et correctifs sont déployés de manière énervante et inefficace, c'est bien celui des cartes graphiques et leurs satanés pilotes ! Car tant AMD que NVIDIA ont suivi la même tendance : multiplier les mises à jour, les nouveautés et les correctifs. Résultat, on est retombé dans un rythme assez élevé, accentué dans une période chargée en nouveaux jeux comme la fin d'année. Tout cela du fait d'un concept plutôt irritant : un nouveau jeu, un nouveau pilote.

Constructeurs et éditeurs se suivent... mais vont parfois trop vite

Mais ne vous méprenez pas. L'idée n'est pas de critiquer la façon dont les constructeurs suivent le marché du jeu vidéo. Il est préférable de disposer d'un pilote à jour permettant de gérer au mieux les derniers titres. Certes, il serait mieux que ceux-ci soient mieux finalisés (pas comme Assassin's Creed Unity), et que les adaptations nécessaires dans les drivers soient gérées en amont de la mise sur le marché plutôt que dans la précipitation comme c'est encore trop souvent le cas (et parfois avec des retards), mais rien n'est jamais parfait en ce bas monde.

Par contre, cela commence à poser un problème... de taille. Car les pilotes des constructeurs sont désormais bien plus que cela. Ils concentrent aussi le panneau de configuration, et parfois des outils comme GeForce Experience chez NVIDIA. Résultat, il faut compter 294 Mo pour les derniers pilotes de NVIDIA, et 273 Mo pour ceux d'AMD, les deux ayant été mis en ligne à l'occasion de l'arrivée de Dragon Age : Inquisition et Far Cry 4.

Et puisque l'on note ces derniers temps un rythme assez élevé d'un pilote par semaine depuis fin octobre chez NVIDIA, AMD ayant fait de même avec ses Catalyst 14.1.1 et 14.1.2 séparés par seulement six jours, autant dire que l'on a rapidement l'impression de passer notre temps à télécharger des fichiers afin de profiter des dernières améliorations et de s'assurer du bon fonctionnement dans les jeux.

300 Mo par nouveau pilote pour quelques nouveautés : et la mise à jour incrémentale ?

Car malheureusement, il y a une fonctionnalité que les constructeurs n'ont pas encore reprise des « Store » : la mise à jour incrémentale. En effet, lorsque vous téléchargez une nouvelle application, il n'y a que ce qui change qui est récupéré et mis en place. Une manière d'économiser votre forfait data, de soulager les serveurs, mais aussi de vous faire gagner du temps. Une pratique qu'il serait donc bon de répandre aussi au sein des pilotes des cartes graphiques, d'une manière ou d'une autre. D'autant plus qu'ils proposent désormais tous une fonctionnalité de téléchargement et de mise à jour intégrée.

On peut aussi imaginer qu'AMD, NVIDIA et les éditeurs de jeux vidéo réussissent enfin à travailler de concert et de manière plus intelligente ensemble afin d'assurer un rythme plus raisonnable et une expérience plus agréable pour leurs clients respectifs. Mais il y a sans doute assez peu de risque que cela arrive rapidement.


chargement
Chargement des commentaires...