Les clients d’un hôtel débités de 100 £ pour un commentaire négatif sur Internet

Commentaire les critiques... 173
En bref
image dediée
Crédits : Gajus/iStock/ThinkStock
Justice
Xavier Berne

Pour avoir publié sur Internet un avis négatif à propos d'un hôtel, un couple de Britanniques a dû payer 100 livres supplémentaires par rapport au prix de sa chambre (soit environ 125 euros). Une pratique qui a suscité un vent de critiques, forçant les responsables de l’établissement à faire machine-arrière.

Voilà encore l’illustration d’un bel effet Streisand, qui nous est relaté cette fois par la BBC. Après avoir passé une nuit au Broadway Hotel de Blackpool, au Royaume-Uni, un couple de retraités mécontent de son séjour n’a pas hésité à faire part de sa mésaventure sur le Net. Sur TripAdvisor, le célèbre site de recueil d’avis, le mari n'a pas mâché ses mots, allant jusqu’à qualifier cet établissement de « sale taudis pourri et puant » (voir ici).

Sauf que quelques jours plus tard, le couple a découvert que 100 £ avaient été prélevées via sa carte bancaire, outre les 36 £ correspondants à la nuitée... Et pour cause, le responsable de l’hôtel a intégré dans ses conditions générales de vente une clause indiquant que « tout avis négatif déposé sur n’importe quel site Web » sera facturé 100 £, et ce par commentaire !

tripadvisor

Mais finalement, face au buzz suscité par cette affaire outre-Manche et même aux États-Unis, au Canada ou encore en France, le Broadway Hotel a décidé de faire marche-arrière. Les 100 £ ont été remboursées au couple et les conditions générales de vente purgées de leurs dispositions litigieuses. Leur légalité avait d’ailleurs été grandement remise en cause.

« Certains clients nous ont menacé de publier de mauvais commentaires simplement dans l’objectif qu’on leur accorde une réduction » s’est justifié le responsable de l’hôtel pour expliquer la mise en place de cette clause. De son côté, le couple n’a quoi qu’il en soit pas souhaité revoir sa copie. « Nous savions que la chambre n’était pas chère, mais nous nous attendions à ce qu’elle soit propre et correcte – ce qui n’était pas le cas » a ainsi maintenu l’épouse.

Si aucun litige de ce style n’a encore éclaté – à notre connaissance – en France, rappelons qu’une blogueuse a été condamnée en juin dernier à payer 2 500 euros, dont 1 500 de dommages et intérêts, à un restaurant du Cap Ferret qu’elle avait critiqué quelques mois plus tôt. Saisi dans le cadre d’un référé, le juge en charge du dossier s’était étrangement focalisé sur le titre du billet litigieux, particulièrement bien référencé dans Google, estimant surtout qu’il y avait eu intention de nuire de la part de l’internaute (pour en savoir plus, voir notre article).  


chargement
Chargement des commentaires...