Rosetta : le module Philae s'est bien posé sur la comète 67P

On s'était dit rendez-vous dans 10 ans 186
En bref
image dediée
Crédits : CNES/DUCROS David/ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM
Streaming MàJ
Sébastien Gavois

Mise à jour : Après près d'une demi-heure d'attente, la confirmation est tombée : la sonde Philae s'est bien posée sur la comète P67, mais les harpons n'ont pas fonctionné correctement contrairement à ce qui avait été précisé dans un premier temps. Il faudra encore attendre plusieurs dizaines de minutes avant d'avoir les premières images provenant de l'atterrisseur largué par la sonde Rosetta.

Aujourd'hui, à partir de 15h30, le CNES diffusera en direct plusieurs émissions sur la tentative d'atterrissage de Philae sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Pour rappel, il s'agit du module d'atterrissage de la sonde spatiale Rosetta qui a quitté la Terre en 2004.

Rosetta est une sonde spatiale lancée il y a un peu plus de dix ans maintenant, le 2 mars 2004 précisément. Elle a pour but d'aller examiner de près la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko et le coût total de la mission est estimé à 1,3 milliard d'euros. Depuis son départ, elle a parcouru la bagatelle de 6,5 milliards de km et, afin d'économiser sa réserve d'énergie ainsi que ses équipements de bord, la sonde a été mise en hibernation pendant 957 jours, entre juin 2011 et janvier 2014. 

Quoi qu'il en soit, elle est maintenant arrivée à destination, et c'est désormais au tour du module Philae d'entrer en piste pour aller se poser directement à la surface de la comète. Le noyau de cette dernière mesure environ 4,5 km de côté pour une masse de 10 milliards de tonnes. Les grandes manœuvres ont commencé ce matin aux alentours de 10h avec la séparation de Philae et le début de sa descente vers la comète, avec une vitesse moyenne de 3,5 km/h.

Une fois sur place, le module d'atterrissage  se servira d'un propulseur à gaz froid afin de se plaquer au sol, avant de lancer deux harpons qui viendront l'y ancrer, la gravité n'étant pas suffisante afin de bien le maintenir en place. Le contact est prévu pour les environs de 16h30, mais il faudra par contre attendre près de 30 minutes avant d'en avoir la confirmation, le temps que l'information circule entre Rosetta et la Terre. Pour Jean-Yves Le Gall, président du CNES, c'est historique : « jamais personne n'est allé taquiner le noyau d'une comète. La réalité dépasse la fiction ».

Afin de suivre ces derniers instants en vidéo, le CNES propose une retransmission en direct, via quatre flux simultanés. Le premier proviendra du CNES et permettra de suivre, en direct, les interventions des spécialistes, le deuxième est une caméra embarquée au cœur du centre opérationnel à Toulouse, le troisième sera en direct depuis la Cité des Sciences à Paris et enfin, le dernier proposera des reportages sur Rosetta. Le premier panoramique du paysage de la comète devrait arriver vers 19h, si tout se passe bien.

Dernière mise à jour le 12/11/2014 18:55:26

chargement
Chargement des commentaires...