Slate lance son Reader et veut vous aider à découvrir du contenu

Et ce ne sont pas les seuls 13
image dediée
Services
Par
le lundi 27 octobre 2014 à 16:50
David Legrand

Depuis quelques semaines, Slate France travaille sur un projet connu sous le nom de code de Reader. Aujourd'hui, celui-ci est accessible en bêta et dévoile le fonctionnement de ce service qui veut « veut mettre fin à vos angoisses et vous faire découvrir des choses sur lesquelles vous ne seriez peut-être pas tombés ».

La fin de Google Reader s'est passée dans une période où la tendance était de proposer de la « curation » de contenu. De ces deux évènements, sont globalement ressortis deux types de services : des agrégateurs de flux RSS qui ont surtout cherché à remplacer Google Reader, dans le genre de Feedly, mais aussi des solutions visant à vous faire découvrir l'information qu'il vous faut connaître.

Savoir recommander du contenu: le nouveau Graal ?

Si Google peine sur ce terrain avec son Play Kiosque qui est la dernière évolution de Flux d'actu, nombreux sont ceux qui ont décidé de se lancer dans cette branche. Récemment, on a par exemple vu l'équipe de Brief.me annononcer son projet, financé par une campagne sur Ulule qui est déjà à 164 % de son objectif, soit 822 préventes (sur 500 espérées). Le but est par contre ici de prôner un système qui se contente d'un compte-rendu journalier plutôt que de toujours courrir après les dernières informations.

Mais les « dangers » de telles solutions, et donc les pièges à éviter pour les concepteurs, sont nombreux : sélection des sources trop restrictive, algorithme complexe à définir, possibilité d'enfermer le lecteur dans certains avis et sujets plutôt que de lui faire réellement découvrir d'autres sujets et d'autres points de vue, etc. Nombreux sont ceux qui s'y sont cassés les dents pour le moment, ou qui essuyent les critiques concernant leur partialité. Google News en est souvent le meilleur exemple, mais les réseaux sociaux qui veulent aussi devenir des acteurs importants de la découverte de contenu, font face aux même critiques.

C'est pourtant cette voie que Slate a décidé de suivre pour son propre « Reader » accessible en bêta depuis aujourd'hui. Dans sa page de présentation, l'équipe indique que « Reader veut mettre fin à vos angoisses et vous faire découvrir des choses sur lesquelles vous ne seriez peut-être pas tombés. Nous vous proposons donc une sélection de contenus qui vous permet d’être au courant des tendances de l’actu, d’avoir lu les bons papiers et vu les images importantes du jour. La rédaction ne publie que ce qu’elle estime nécessaire ou indispensable, sans souci d’exhaustivité.  »

L'interface, qui s'adaptera à un écran de mobile, de tablette ou d'ordinateur (maximum 1280 pixels) se décompose en deux parties : une colonne de gauche avec un flux chronologique qui reprend des contenus qui seront présentés de manière plus exhaustive sur la colonne principale. Trois couleurs seront utilisées en fonction de la viralité. Le site explique que « Les badges NEW, HOT, TOP indiquent respectivement si c’est un contenu que vous avez peu de chance d’avoir déjà vu, s’il commence à beaucoup tourner ou s’il est déjà populaire. »

Syllabs au cœur du dispositif

Ce sont d'ailleurs ces trois indicateurs qui seront utilisés comme système de filtre principal. Ne cherchez pas de catégorie, le site exploite uniquement un système de tags qui peuvent être cliqués ou recherchés. Ce traitement n'est d'ailleurs pas réalisé par des inconnus puisque le site indique s'être appuyé sur les solutions de Syllabs. Une société française déjà connue pour avoir participé à la création d'un site du même genre, Les Echos 360, en février dernier. Frédéric Filloux, Directeur général en charge des activités numériques du groupe, présentait alors son bébé qui était selon lui un « Aggrefilter ».

Si les sites partagent quelques particularités, ils se distinguent néanmoins sur le fond, que ce soit au niveau des sujets traités, que des choix de mise en avant ou encore l'ergonomie générale. Notez au passage que vous pouvez vous connecter à Slate Reader par email, Facebook ou Twitter afin de pouvoir suivre un sujet en particulier, et recevoir des alertes par email, dans la limite d'un par jour. Ne comptez par contre pas en profiter pour ajouter vos propres sources d'informations, ce sont pour le moment uniquement les centres d'intérêts sélectionnés par Slate qui sont affichés, avec des articles en français ou en anglais, mais aussi des vidéos YouTube ou des publications Tumblr par exemple.

Pour ce qui est du financement et du modèle économique, on note pour le moment qu'aucune publicité n'est présente. D'ailleurs, ce Slate Reader est l'aboutissement du projet SoSlate, qui avait été soutenu par le FINP (Fonds Pour l'Innovation Numérique de la Presse) de Google pour les membres de l'AIPG (Association de la presse d'Information Politique et Générale). Il était alors question de « curation sociale automatisée pour analyser les conversations numériques » pour un montant de 758 000 euros. Nous tenterons d'en savoir plus rapidement.

Quoi qu'il en soit, n'hésitez pas à nous faire part de vos impressions sur cet outil, ou même à donner votre avis à l'équipe qui va sans doute renforcer son fonctionnement dans les prochaines semaines.


chargement
Chargement des commentaires...