Stéphane Richard : Netflix « un peu décevant », la neutralité du net un « attrape-couillon »

Et la Livebox Play ? 72
En bref
image dediée
Téléphonie
Sébastien Gavois

Xavier Niel n'est pas le seul dirigeant du monde des télécoms à répondre à une interview ces jours-ci et Stéphane Richard (Orange) s'est prêté au même exercice chez nos confrères de Stratégies. Les données personnelles sont une nouvelle fois revenues sur le tapis, tout comme le cas de Netflix et de la neutralité du net, qualifiée « d'attrape-couillon » par le PDG d'Orange.

Stratégies organise actuellement son troisième « Summit », dont le thème était cette année : « comment les entreprises et les marques se réinventent avec le digital ». Stéphane Richard, qui lors de son troisième « Show Hello » avait largement évoqué ce sujet, était invité à venir répondre aux questions de nos confrères. 

Selon son PDG, Orange a un rôle à jouer dans certains domaines du monde du numérique comme les objets et les voitures connectés. On se souviendra par exemple des présentations du Homepoint, un couteau suisse du multimédia pour la maison, et de la solution de domotique maison basée sur le protocole Z-Wave : Homelive. Pour Stéphane Richard, « le smartphone est devenu la télécommande de la vie » et Orange peut donc y avoir un rôle central.

Entre piratages et gestion des données personnelles

Concernant les données personnelles qui sont inévitablement agrégées par l'opérateur, Stéphane Richard réaffirme une nouvelle fois son engagement sur leur protection, notamment via l'acquisition de la société Atheos et le recrutement de hackers qui testent régulièrement les serveurs d'Orange. Il ajoute que « c'est une menace systémique de tout premier rang très clairement »... et il parle en connaissance de cause puisqu'on rappellera que l'opérateur s'est déjà fait pirater deux fois cette année. Il avait aussi lancé une branche dédiée à la cybersécurité au sein d'Orange Business Services.

Le PDG en profite pour tacler certains acteurs du marché de l'internet sur cette question : « nous avons un argument fort : notre modèle économique, c'est l'abonnement, pas l'utilisation ou la monétisation des données personnelles ». Un discours qui n'est pas sans rappeler celui d'Apple afin de se détacher de Google. Il ajoute par contre que son groupe « peut certes essayer de les valoriser pour, et uniquement pour, améliorer ses propres services, ou éventuellement dans le cadre de l'open-data, mais, dans ce cas, les données sont agrégées et anonymisées avant de servir à des fins d'intérêt général ».

Netflix « est un peu décevant ». Quid de son arrivée dans les box d'Orange

Le PDG d'Orange évoque ensuite le cas de l'Europe et de sa multitude d'opérateurs, ce qui ne leur permet pas de lutter à armes égales face à de grands groupes internationaux : « Outre-Atlantique, quand ils lancent un service, ils sont face à AT&T et Verizon, et il n'y a pas moyen de passer outre. Chez nous, s'ils se heurtent à une porte chez Orange, ils vont chez Bouygues ou SFR. Cela, on le voit tous les jours ».

C'était d'ailleurs récemment le cas de Netflix. Dans un premier temps Stéphane Richard avait annoncé que le service de SVOD n'arriverait pas tout de suite sur ses box, avant de finalement accueillir le service quelque temps plus tard, et notamment suite à l'annonce de Bouygues Telecom.

Dans son interview, Stéphane Richard précise que « le contexte général avait évolué - le tandem Montebourg-Filippetti ayant été remplacé par le duo Macron-Pellerin [...] Il n'y avait donc plus de raison de bloquer le service » selon le PDG d'Orange. Il en profite pour placer une petite phrase assassine en expliquant que « le produit est un peu décevant » et que « cela ne va pas révolutionner le monde des médias ». Il termine en déclarant « qu'Orange n'a pas été le premier », comme si cela avait une certaine importance à ses yeux.

Si l'idée d'un concurrent à Netflix est toujours d'actualité, Stéphane Richard restera aussi vague que lors de son annonce pendant le show Hello en ne donnant aucun détail supplémentaire. Il précise simplement qu'il y a bien des discussions avec CanalPlay, OCS et d'autres acteurs, ce que l'on savait déjà.

Environ 10 % des boutiques d'Orange fermeront leurs portes

Concernant les boutiques physiques d'Orange, le PDG du groupe indique que leur nombre va diminuer, mais qu'elles ne sont pas vouées à disparaitre complètement. Elles sont actuellement un peu plus d'un millier et il prévoit que 10 % environ fermeront leurs portes, sans plus de précision sur le calendrier ou celles concernées. Il précise néanmoins qu'une règle sera toujours valable : « tout client d'Orange peut trouver une boutique à moins de 30 minutes ».

Boutique Orange 2015

La neutralité du net ? Un « attrape-couillon »

Il a ensuite été question d'un sujet d'actualité : la neutralité du net , qui a largement été évoqué lors du colloque de l'ARCEP (voir notre compte rendu). En effet, comme le rappellent nos confrères de Stratégies, Fleur Pellerin souhaite que ce principe soit gravé dans le marbre. Mais la position de Stéphane Richard est bien différente : « La neutralité du net est une machine de guerre du monde des services et de la distribution de contenus, qui veut pouvoir écouler sans limites ses produits, contre les opérateurs, qui ont les tuyaux. C'est un attrape-couillon, voilà ce que je pense ! La meilleure preuve en est que ce sont les Américains qui ont inventé ce concept, mais ils se gardent bien de le mettre en place chez eux. Cela illustre une nouvelle fois la naïveté européenne ». 

Il ajoute que, selon lui, le problème est mal posé : « la question n'est pas la neutralité du net, mais la neutralité du numérique dans son ensemble ». Il cite en exemple Apple qui refuse parfois une application car elle entrerait en concurrence avec certains de ses produits, ou encore Google qui occupe près de 60 % de part de marchés sur les smartphones. « Voilà une menace autrement plus grande pour la neutralité du numérique que les opérateurs télécom » indique-t-il.

Investir dans les tuyaux, et ne pas s'occuper de ce qui se passe : «  c'est juste dingue »

Interrogé sur les conséquences pour les clients, Stéphane Richard se demande « pourquoi diable les télécoms seraient le seul secteur dans lequel on n'aurait pas le droit de faire de la différenciation par la qualité de service ? Qu'on pose le principe selon lequel les opérateurs sont priés d'investir et de faire des tuyaux, et surtout sont priés de ne pas s'occuper de ce qui se passe après, c'est juste dingue ! ». Il n'est cependant pas contre un « standard minimum » et le fait que « tout cela soit surveillé ».

Il conclut en précisant que « le jour où le consommateur n'aura plus d'opérateur pour acheter du spectre, construire la 4G et la fibre, il sera bien avancé. Ce n'est pas du débit bridé qu'il aura, c'est plus de débit du tout ». Mais c'est aussi la loi de l'offre et de la demande et de la concurrence. Nul doute que si Orange s'écarte un peu trop du principe de neutralité, d'autres opérateurs en feront rapidement leur cheval de bataille à grand coup de communication et d'opérations marketing. C'est d'ailleurs déjà le cas de la branche télécom d'OVH qui n'hésite parfois pas à tacler Free.


chargement
Chargement des commentaires...