Orange densifie son réseau 4G et répondra à l'appel d'offres sur les 700 MHz

Course au pétrole 39
En bref
image dediée
Téléphonie
Sébastien Gavois

Alors que François Hollande vient d'annoncer que les fréquences 4G seront mises en vente dès l'année prochaine, Delphine Ernotte-Cunci, directrice exécutive d'Orange, revient sur ce point au micro de nos confrères des Échos. Sans surprise, l'opérateur « répondra à cet appel d'offres ».

Orange regrette le calendrier de mise aux enchères, mais répondra à l'appel d'offres

Alors que l'on n’attendait pas la mise aux enchères des fréquences 4G sur la bande des 700 MHz avant 2018-2020, ce sera finalement mis en place dès l'année prochaine, comme l'a récemment annoncé le Président de la République. Un calendrier qui ne conviendra pas à tous les opérateurs, SFR/Numéricable et Bouygues Telecom en sont le parfait exemple, comme nous l'avions récemment évoqué. 

Delphine Ernotte-Cunci était ce matin l'invitée des Échos et évoque la position d'Orange sur cette question : « nous avons acheté il y a peu de temps des fréquences pour la 4G, c'était en 2011, ça nous a couté en tout 3,6 milliards pour la communauté des opérateurs [NDLR : dont 1,2 milliard pour Orange]. Ces fréquences sont largement suffisantes pour les 10 prochaines années et l'on n'a pas besoin immédiatement de fréquences 700 MHz ». De toute façon, même si la mise en vente a lieu l'année prochaine, la mise à disposition effective ne devrait pas arriver avant 2017-2019. 

Maintenant, impossible pour l'opérateur de laisser passer ces fréquences, car « elles sont très belles parce que ce sont des basses fréquences donc elles rentrent plus loin dans les immeubles et elles permettent d'avoir une meilleure couverture ». La directrice exécutive rappelle que chez Orange, le volume de data qui transite sur le réseau double tous les 18 mois environ, ce qui est dans la tendance des relevés de l'ARCEP. Du coup, « Orange répondra à cet appel d'offre » précise  Delphine Ernotte-Cunci, avant d'ajouter que « les fréquences c'est un peu le pétrole des télécoms ».

Le déploiement de la 4G continue afin d'améliorer la couverture déjà existante 

Concernant le déploiement de la 4G, la dirigeante revendique une nouvelle fois un taux de couverture de la population de 70 %  et précise qu'atteindre 100 % est prévu à terme... sans détails sur le calendrier évidemment. Sachant que ce n'est toujours pas le cas en 2G, l'attente risque d'être longue. Quoi qu'il en soit, le déploiement actuel ne se focalise pas uniquement sur une augmentation de la couverture 4G, mais sur une « densification » des zones déjà couvertes. Néanmoins, les derniers chiffres de l'ANFR ne montrent pas vraiment cela avec seulement 26 antennes actives de plus sur le mois de septembre.

Comme nous l'avions déjà évoqué, Free Mobile ne devrait pas non plus laisser passer ces enchères, notamment parce qu'il ne dispose d'aucune fréquence en 4G à 800 MHz et parce que sa santé financière est plutôt bonne en ce moment. Pour rappel, en 2011 l'opérateur n'avait déboursé que 271 millions d'euros pour ses licences 4G, soit près de quatre fois moins que Bouygues Telecom (hors réutilisation de la bande des 1800 MHz).

 


chargement
Chargement des commentaires...