[Dossier NXi] Cloud souverain : deux ans après, on fait le point

Sacrés français 8
image dediée
Services
Par
le jeudi 25 septembre 2014 à 16:40
Sébastien Gavois

Il y a maintenant deux ans que le projet de « Cloud souverain » a été lancé et financé en partie par l'État. Après des débuts difficiles, il est désormais temps de faire le point. Nous avons donc décidé d'interroger Cloudwatt et Numergy, les deux sociétés issues de ce projet, mais aussi d'autres acteurs nationaux, parfois oubliés par l'État.

Le « Cloud », un immense nuage dans lequel se trouvent mélangés à la fois des services et du stockage de données. Depuis l'affaire Prism et les révélations d'Edward Snowden sur les agissements de la NSA, la question d'un « Cloud souverain » (dont les datacenters sont situés en France) s'est posée. Un projet est mis sur pied, mais laissant de côté certains acteurs nationaux pourtant déjà bien implantés (Gandi, Ikoula et OVH par exemple).

Si la mise en place des sociétés Cloudwatt et Numergy a été chaotique, leur deux années d'existence n'ont pas été un long fleuve tranquille. En effet, entre des bouleversements parfois importants (changement de PDG) et le lobbying des certains concurrents, la bataille fait rage. Mais finalement, où en est-on ?

« « Concurrence déloyale », « sans avenir », « gaspillage d'argent public »... À leur création en 2012, Cloudwatt et Numergy, les deux sociétés de « Cloud souverain » financées par l’État, ont été accusés de tous les maux. Pourtant, ce projet répondant au nom de code Andromède avait un but louable sur le papier : fournir des infrastructures 100 % françaises aux entreprises et administrations. En ligne de mire, les géants étrangers tels qu'Amazon, IBM, Google et autres spécialistes du secteur, qui détiennent une grande part du marché français mais aussi au niveau européen. »

  


chargement
Chargement des commentaires...