Xavier Niel (Free) : « 30/35 % de marge » sur le mobile, même sur le forfait à 2 €

Deux ou trois « more things » à venir 121
En bref
image dediée
Crédits : LeWeb13 (CC BY 2.0)
Téléphonie
Sébastien Gavois

Xavier Niel était l'invité de Vox Pop, une émission d'Arte. L'occasion pour le dirigeant de revenir sur son parcours et bien, évidemment, sur Free Mobile. Il en profite pour rappeler, une nouvelle fois, que son entreprise gagne de l'argent avec son forfait à 2 euros. D'autres points sont également évoqués, comme le roaming et... les lunettes.

Après Stéphane Richard, Xavier Niel se prête au jeu des interviews

Alors que Stéphane Richard faisait récemment le tour des plateaux de télévision et de radio, c'est désormais au tour de Xavier Niel d'être l'invité de John Paul Lepers dans l'émission Vox Pop sur Arte. Si le début de l'interview évoque les débuts du dirigeant de Free dans le minitel rose, ou « de rencontre », la discussion passe rapidement à la téléphonie mobile. Hasard ou pas du calendrier, Orange tiendra son troisième show Hello la semaine prochaine (jeudi 2 octobre).

Il est ainsi question d'un retour en arrière de 12 ans avec la condamnation de Bouygues Telecom, Orange et SFR : « ils se sont entendus pour conserver entre eux leur part de marché, la même part de marché. Et pour garder une part de marché, ça veut dire qu'aucun d'entre eux s'engage à agresser les autres. Et conclusion, ils s'entendaient de fait sur les prix » explique Xavier Niel. Il en profite pour ajouter qu'une des raisons de ce rapprochement est la proximité entre les dirigeants : « vous êtes nés dans les mêmes écoles, vous avez grandi ensemble. On ne va pas se taper dessus quand même entre privilégiés. On ne va pas aller s'allumer nous-mêmes. »

Xavier Niel : « 30/35 % de marge EBITDA » sur le mobile, y compris pour le forfait à 2 €

John Paul Lepers passe ensuite à la téléphonie mobile et au lancement de Free sur ce segment. Les questions se portent rapidement sur les marges, y compris sur celle concernant le forfait à 2 euros. Xavier Niel explique qu'il « faut vivre avec des marges différentes, essayer de gérer ce métier comme un métier grand public. Est-ce qu'on accepte que Carrefour ou qu'une marque de grande distribution se mette à avoir des niveaux de marge absolument énorme ? Non, c'est contestable. Quand vous regardez les niveaux de marges de Carrefour et que vous la comparez à celles des opérateurs aujourd'hui, après notre existence, on a pourtant encore des marges entre six à huit fois plus importantes ».

Interrogé sur sa marge moyenne, le fondateur de Free annonce « 30/35 % de marge EBITDA, mais comme nos concurrents ». John Paul Lepers demande ensuite : « quand je vous donne deux euros, il n'y a pas 30 % de marge ? » Réponse de Xavier Niel, avec un sourire en coin : « si ». Un point néanmoins sensible, rarement mis en avant par Free. Pour rappel, dans ses bilans financiers Iliad ne donne pas l'ARPU sur le mobile et, même lors d'une interview sur BFM Business, Maxime Lombardini se refuse à donner toute fourchette.

Par la suite, il sera question du roaming en Europe, un point sur lequel Free annonce avoir commencé à intégrer des pays en amont de l'obligation européenne qui entrera en vigueur en 2015, comme ses concurrents cela dit. On regrettera par contre que les annonces se fassent au compte-gouttes, là où d'autres intègrent directement l'Europe et les DOM

Pas de lunettes, mais « deux trois petites choses à bouleverser » dans les télécoms

Xavier Niel précise ensuite qu'il n'a aucune intention de se lancer dans les lunettes, mais qu'il a « vu un petit jeune qui fait un truc génial : il fabrique des lunettes à 10 euros, les mêmes que celles qui valent 300 euros ailleurs. Donc j'ai trouvé ça génial, j'ai été chez lui, je l'ai félicité et on a tchatché ». Une référence faite à Lunettes pour tous, une boutique cassant les prix et récemment ouverte à Paris.

John Paul Lepers demande alors : c'est quoi votre prochain chantier/combat. Réponse de l'intéressé : « moi mon vrai métier c'est les télécoms. On n'a pas fini. Faut qu'on bosse encore un peu sur les télécoms. On a deux trois petites choses à bouleverser encore ». Concernant Bouygues Télécom, Xavier Niel ne répondra pas directement, se contenant de préciser qu'il préfère grossir par l'interne.


chargement
Chargement des commentaires...