Accord Orange-Deezer : Qobuz pourrait saisir l'Autorité de la concurrence

La riposte du lion blessé 23
En bref
image dediée
Justice
Nil Sanyas

Qobuz pourrait demander à l'Autorité de la concurrence d'intervenir vis-à-vis de l'accord liant Orange et Deezer. Une nouvelle qui intervient quelques semaines après que le site spécialisé dans la vente de musique de haute qualité soit placé en procédure de sauvegarde.

Qobuz a depuis toujours été un site atypique. Créé il y a six ans par Yves Riesel, le président et cofondateur du label Abeille Musique (spécialisé en musique classique, jazz, etc.), le site a tout d'abord proposé d'acheter des singles ou des albums, à l'instar d'iTunes. Le service a toutefois voulu se démarquer de la concurrence en proposant très rapidement des fichiers de qualité, avec des formats FLAC, Lossless et même Studio Master. Une offre unique au monde.

Depuis, le site a évolué. Son catalogue s'est étoffé pour atteindre 18 millions de titres différents et surtout Qobuz a proposé un service de streaming audio, là encore misant sur la qualité. Récemment, la plateforme s'est même internationalisée, offrant ses services en Belgique, en Suisse, en Allemagne, en Autriche, au Royaume-Uni, en Irlande, au Luxembourg et aux Pays-Bas.

Une procédure de sauvegarde pour « reprendre son souffle »

Du fait de sa politique haut de gamme et par conséquent de tarifs parfois supérieurs à la concurrence, Qobuz a donc visé un marché de niche. Une stratégie qui implique de fonctionner en rang serré et surtout de ne pas essuyé de fortes baisses de consommation. Mais nous savons désormais que Qobuz manque sérieusement de trésorerie.

Le 27 août dernier, nos confrères d'Électron Libre indiquaient que la start-up française venait d'être placée en procédure de sauvegarde. Une information confirmée par Qobuz elle-même le lendemain, qui indiquait que cette procédure a pour but de permettre « à une entreprise saine de reprendre son souffle pendant une période d’observation de quelques mois. Ce temps est mis à profit pour reconstituer de la trésorerie et procéder aux ajustements dans l’organisation. »

S'attaquer à l'accord Orange-Deezer, « une vieille idée »

Assurant qu'elle continuera ses activités sans aucun problème, Qobuz indique tout de même qu'elle est « en recherche constante de fonds » et qu'il est « délicat pour une jeune entreprise novatrice de se financer ». Ces difficultés financières pourraient-elles s'expliquer en partie par la liaison entre Orange et Deezer ? Édition Multimédi@ nous informe en effet que lors d'un rendez-vous avec Fleur Pellerin, actuelle ministre de la Culture, Yves Riesel a indiqué qu'il songeait à saisir l'Autorité de la concurrence vis-à-vis de l'accord entre son concurrent Deezer et l'opérateur Orange.

deezer orange

Interrogé par nos confrères, le patron de Qobuz explique qu'il s'agit là « d'une vieille idée que j’avais eue. Jusqu’à présent je me suis concentré sur mon travail plus que sur de la procédure. Mais après tout, pourquoi pas y repenser. » Il faut en effet rappeler que depuis quatre ans, Orange, actionnaire minoritaire de Deezer, permet à certains de ses clients d'être directement abonnés au service de streaming audio. Une « distorsion de concurrence » pour le président d'Abeille Musique, qui serait bien suffisante pour saisir l'autorité adéquate.

L'accord entre l'opérateur et la start-up parisienne doit encore durer un an au minimum. Cette rencontre avec la ministre de la Culture, à la demande de cette dernière selon nos confrères, n'est d'autant pas hasardeuse que l'État est toujours un actionnaire important d'Orange. Il peut donc pousser certaines idées, comme mettre fin à la subvention de l'opérateur vis-à-vis des forfaits de Deezer, intégrés gratuitement dans certaines de ses offres.

Un accord qui a « pourri le capital-risque »

On se rappellera surtout que Yvers Riesel a toujours eu la dent dure envers Deezer. En 2010 déjà, le patron expliquait par exemple que ce site de streaming ne valait pas grand-chose. « Il a surtout créé beaucoup de trouble en installant l'idée qu'un modèle gratuit était possible. Or non seulement cela ne fonctionne pas, mais cela empêche les sites payants de faire leur boulot » indiquait-il au cours d'une entrevue accordée au Journal du Net.

Quant à son avis sur l'accord avec Orange, il était déjà incisif il y a quatre ans : « l'alliance entre Deezer et Orange est un scandale, elle tue l'écosystème de la musique en ligne et détruit le marché. (...) La vérité, c'est qu'Orange va sponsoriser ces offres pour qu'elles descendent à 0 ou 5 euros. Donc une fois de plus, le marché est tiré vers le bas. (...) Orange écrit à ses dizaines de millions d'abonnés pour dire que la musique, c'est gratuit, voire 5 euros. C'est un message complètement désastreux. »

Plus récemment, en juillet 2013, le directeur de Qobuz exprimait au Point sa crainte de voir la plupart des sites spécialisés dans l'audio fermer boutique dans les deux ans. La faute selon lui au manque d'investissement dans ce secteur, la cause étant que les investisseurs sont refroidis par l'accord entre Deezer et Orange qui a « pourri le capital-risque. Nous, on a renoncé, on a fait le tour de tout le monde. La Caisse des dépôts nous a jetés, tout comme le Fonds national pour la société numérique (FSN). »


chargement
Chargement des commentaires...