Neutralité du Net : Google donne enfin son avis sur la question

Et les opérateurs ne vont pas apprécier 40
En bref
image dediée
Crédits : Kheng ho Toh/Hemera/Thinkstock
Web
Nil Sanyas

Si la neutralité du Net est un débat important en Europe et en France, il l'est plus encore aux États-Unis. Google, assez discret sur ce sujet des dernières années, vient cependant de sortir de sa tanière. Il milite ainsi clairement pour un Internet libre et ouvert. Un avis qui n'a pas toujours été le sien.

La FCC au centre du problème

Depuis maintenant quatre ans, une véritable guerre à lieu entre les opérateurs, les géants du Web et la Federal Communications Commission (FCC), ceci sur fond de neutralité du Net. En 2010, deux ans après que le régulateur ait empêché l'opérateur Comcast de bloquer le protocole BitTorrent, la cour d'appel de Washington DC a finalement jugé en faveur du FAI. Dès lors, les attaques contre la neutralité du Net se sont multipliées.

L'opérateur Verizon a à son tour attaqué la FCC en 2011, ceci afin de pouvoir gérer son réseau comme il l'entendait. Ce combat a duré trois longues années. Début 2014, la FCC reçut ainsi une seconde claque : « La Cour suprême a jugé que la Commission n'avait pas le pouvoir de réglementer les câblo-opérateurs (...). La Cour a estimé que si la Commission cherche à exercer ses compétences sur les câblo-opérateurs sur la base de son autorité sur les diffuseurs, elle doit aussi respecter les limites légales spécifiques à son autorité. »

Cette décision de justice a depuis mobilisé de nombreux internautes américains, d'autant plus qu'en avril dernier, la FCC a indiqué qu'elle comptait permettre aux FAI la possibilité d’offrir un traitement préférentiel des données si les diffuseurs de contenus sont prêts à payer un surplus pour s’assurer que leurs contenus atteignent les internautes en temps et en heure. Une véritable attaque contre la neutralité du Net, avantageant à la fois les opérateurs et les géants du Web.

L'avis changeant de Google

Et Google dans tout ça ? Le moteur de recherche a été très discret cette année, se contentant de co-signer une lettre destinée à la FCC en compagnie de 148 autres entreprises et organisations dont Amazon, Facebook, Microsoft, Mozilla, DuckDuckGo, KickStarter, Cogent, Netflix, Reddit, Zynga, Dropbox, Opera, CloudFlare et même 4chan. Il faut surtout se rappeler que dans le passé, le propriétaire de Gmail et de YouTube a montré qu'il était capable de changer son fusil d'épaule. Ainsi, en 2006, Eric Schmidt, le président de Google à l'époque, n'avait pas hésité à dire tout le bien de la neutralité du Net dans son ensemble. Mais quatre ans plus tard, le groupe signait un accord polémique avec Verizon, n'assurant une neutralité des réseaux que pour les contenus légaux.

Google net neutralité

Quel est maintenant le point de vue de Google sur la « Net Neutrality » ? Une nouvelle page sur ce sujet a récemment été créée et indique clairement que le géant du web est pour un Internet ouvert. Intégrant un système de soutien destiné aux internautes afin de peser sur la FCC, Google précise que ses valeurs restent les mêmes et qu'il est important que de nouveaux entrants sur le marché soient sur le même pied d'égalité que de plus anciennes sociétés.

« Si les fournisseurs d'accès à Internet peuvent bloquer certains services et proposer des offres spéciales qui privilégient le contenu de certaines entreprises, cela menacerait l'innovation qui rend pourtant le réseau Internet aussi génial » précise même Google sur sa page. Pour la société fondée par Larry Page et Sergueï Brin, son avis est désormais très simple sur le sujet de la neutralité du Net :

  • Les opérateurs ne doivent pas bloquer de contenus
  • Les opérateurs ne doivent pas dégrader sciemment le trafic Internet
  • Les opérateurs ne doivent pas vendre des « voies rapides » afin de privilégier certains services Internet
  • N'importe quel internaute, où qu'il soit, doit pouvoir partager librement ses opinions
  • N'importe quel entrepreneur, qu'il soit grand ou petit, doit pouvoir se lancer sur la toile « sans avoir à obtenir une permission »
  • Ces règles valent pour n'importe quel type d'accès, que ce soit par câble, via un réseau mobile ou n'importe quelle autre technologie

Cette fois, il n'est donc pas question d'établir des règles de neutralité uniquement pour les contenus légaux. L'avis de Google se veut plus simple et limpide, sans y introduire de porte dérobée pour d'éventuels abus. Néanmoins, certaines zones d'ombres demeurent. Google est par exemple membre de l'American Legislative Exchange Council (ALEC), une organisation qui indique clairement qu'une régulation entraverait les investissements des opérateurs. Interrogé sur sa présence au sein d'ALEC par ArsTechnica, Google n'a toujours pas répondu.


chargement
Chargement des commentaires...