Quand le volcan Netflix frémit, la concurrence s'éveille

Et les clients en profitent 96
En bref
image dediée
Streaming EDITO
Nil Sanyas

Dans deux jours, Netflix sera disponible aux internautes français. Si des inconnues existent encore, notamment du côté du catalogue disponible, nous avons surtout remarqué ces derniers jours que la concurrence a déjà réagi à cette prochaine arrivée en développant de nouveaux services. Une certitude existe donc : le client est d'ores et déjà gagnant.

Numéro un incontesté de la vidéo à la demande illimitée en Amérique et dans certains pays européens, Netflix arrive donc en France sur le tard, alors que la concurrence s'est déjà développée. Pourtant, malgré ce retard, l'Américain est vivement critiqué, ce qui ne l'empêche pas de signer des accords avec les sociétés d'auteurs (SACEM, SACD, etc.) ou encore avec des éditeurs comme Ankama.

En mai dernier, nous annoncions que l'arrivée de Netflix était une aubaine pour le marché car cela forcerait le pays à bouger certaines lignes, à l'instar de la fameuse chronologie des médias (très restrictive pour la SVoD) et des diverses obligations liées aux financements des œuvres. Pour le moment, de tels mouvements n'ont pas encore eu lieu, ce qui n'a rien d'étonnant car on ne peut chambouler un tel système si aisément. Il faudra donc se montrer patient.

Un mode hors-ligne chez Canalplay

D'autres changements sont par contre déjà visibles, ceci à l'avantage total des consommateurs. Rien que ces derniers jours, les annonces se sont ainsi multipliées. Canalplay, le leader du marché, a mis les petits plats dans les grands afin d'accroître ses atouts pour se démarquer de Netflix. S'il est déjà disponible via les FAI, ce qui ne sera pas le cas de l'Américain, Canalplay a surtout signé un accord avec HBO, sans plus de détails.

Canalplay

Mieux, la plateforme de vidéos a annoncé un futur mode hors ligne, un service totalement inédit dans le secteur et qui pourrait convaincre de nombreux clients. L'offre de SVoD de Canal+ compte de surcroît améliorer son catalogue via plus de contenus maison, et un nouveau système de recommandation personnalisé sera mis en place, sachant que Netflix est justement connu sur ce créneau. Enfin, n'oublions pas qu'il existe depuis un certain temps un espace dédié aux enfants bien supérieur en services à celui proposé par Netflix. Outre un contenu spécifique, Canalplay Kids dispose ainsi d'un filtre d'âge et même d'un minuteur pour mieux quantifier les durées de visionnement des petites têtes brunes et blondes.

Mise en avant du contenu chez FilmoTV

Mais le numéro un du secteur n'est pas le seul à se préparer. Il y a quelques jours, La Box de Videofutur a décidé de passer ses films en HD, et sans surcoût. Cette offre concerne toutefois ici la VoD à l'unité et non en illimité. FilmoTV, partenaire de Videofutur par ailleurs, a de son côté dévoilé FilmoMag, qui regroupe en fait de nombreux contenus éditoriaux allant de la simple présentation des films à des interviews d'acteurs et réalisateurs, en passant par diverses émissions thématiques. De nombreuses vidéos ont ainsi été mises en ligne sur le compte YouTube de FilmoTV, un exemple ci-dessous.

On notera aussi que sans être véritablement une offre de SVoD, le bouquet OCS d'Orange est comme par hasard disponible gratuitement sur Freebox, ceci jusqu'au 16 septembre. Une coïncidence sans doute. On pourra aussi remarquer que la plupart des offres actuelles de vidéo à la demande par abonnement proposent le premier mois gratuit, ce qui devrait aussi être le cas pour Netflix. Si vous souhaitez faire un comparatif de toutes les offres pendant un mois, c'est donc possible, d'autant plus que toutes sont sans engagement. Vous pourrez donc toutes les abandonner passé le mois gratuit.

Ces nombreux mouvements des derniers jours nous montrent donc bien que la concurrence a parfois du bon. Il s'agit en tout cas d'une preuve supplémentaire que l'arrivée d'un nouvel acteur innovant, et potentiellement puissant, force les autres à réagir rapidement, à l'instar du marché mobile en France ces deux dernières années.

Cet emballement de la part des principaux acteurs du marché conforte en tout cas Olivier Schrameck, le président du CSA, qui déclarait lors d'une émission TV il y a quelques jours qu’ « à la concurrence, il faut répondre par la concurrence et à la force de Netflix, il faut répondre par la coopération des acteurs français et européens ». Pour le moment, la concurrence s'est déjà emballée. Pour la coopération, hormis Videofutur et FilmoTV en mars dernier, il faudra patienter. Mais assurément, entre toutes les offres actuelles et celles à venir (comme SerieFlix de Numericable), tout le monde ne risque pas d'être rentable, à moins de s'internationaliser, mais nous n'en sommes pas là. 


chargement
Chargement des commentaires...