Radio France plaide aussi pour une extension de la redevance TV

90 % du budget de Radio France 58
En bref
image dediée
Crédits : robuart/iStock/ThinkStock
Loi
Marc Rees

La question de l’extension de la redevance aux nouveaux produits high-tech revient également en force à Radio France. Comme France Télévisions ou Arte, le nouveau président du groupe, Mathieu Gallet, appelle à soulever le débat avec la nouvelle ministre de la Culture, Fleur Pellerin.

« Je pense que la question d'une révision de l'assiette de la contribution à l'audiovisuel public se pose aujourd'hui pour garantir la pérennité de ce financement, compte tenu de l'enrichissement des médias », soutient Mathieu Gallet dans les colonnes du Figaro. Le nouveau président de Radio France, désigné en mai dernier, estime en effet qu’il est désormais temps d’une évolution de cette assiette, partagée par le groupe et les chaînes de TV publiques.

Pourquoi ? « La radio visuelle est un média beaucoup plus riche que l'on consulte sur les tablettes ou les smartphones. Ces nouveaux écrans contribuent très largement à la diffusion de nos médias. Pour garantir nos financements par les recettes publiques, qui représentent 90 % du budget de Radio France, j'appelle à soulever ce débat avec la nouvelle ministre de la Culture et de la Communication ». Il faut dire que ces revendications interviennent dans un contexte budgétaire serré, alors que dans le même temps, Radio France fait désormais le pari de la radio visuelle enrichie.

Radio France, France Télévisions, Arte, même combat

Sur le même sujet, Rémy Pfimlin a lui aussi insisté sur l’enjeu de cette extension, prenant exemple sur l’étranger notamment en Suisse ou en Allemagne : « la redevance doit coller aux nouveaux usages ». Du côté d’Arte, même son de cloche réclamant « sans trop attendre » la prise en compte d’autres écrans que la TV dans un foyer pour activer la perception de cette taxe. Pour l’heure, Bercy refuse de taxer un foyer qui ne possède qu’un ordinateur pour regarder la TV. Cependant, les mêmes services fiscaux estiment redevable celui qui se contente de brancher un moniteur directement à sa box pour regarder ces flux audiovisuels.

À l’occasion de la nomination de Fleur Pellerin, nouvelle ministre de la Culture, les ayants droit de la SCAM ont déjà revendiqué cette extension et « une hausse hors inflation de trois euros par ans pendant trois ans ». La redevance étant de 133 euros en métropole, elle verrait son montant porté à 142 euros sans compter la prise en compte de son inflation. 


chargement
Chargement des commentaires...