Les publicités bientôt dans Firefox, mais aux conditions de Mozilla

Sur le fil du rasoir 97
En bref
image dediée
Navigateurs
Vincent Hermann

Mozilla revient sur le sujet de la publicité et l'intégration prochaine de vignettes sponsorisées dans la page « Nouvel Onglet » de Firefox. Ses expériences ont permis à l’éditeur d’obtenir de précieux retours, assez positifs selon lui, et il est visiblement temps de passer à la phase suivante.

Le sujet très délicat de la publicité

En mai dernier, Mozilla créait des sueurs froides chez ses utilisateurs en abordant un sujet particulièrement honni : la publicité. Car l’entreprise a un problème dont on reparle régulièrement puisqu’elle ne s’en est jamais débarrassée, à savoir son manque de diversité dans ses revenus. L’écrasante majorité de ses rentrées d’argent se fait grâce à ses accords avec Google, qui tient une place trop importante dans les finances de Mozilla.

L’idée était donc d'intégrer des publicités dans Firefox, mais pas n’importe comment. Il était question d'exploiter la page « Nouvel Onglet » et de faire varier les vignettes pour que certaines soient sponsorisées. Ce concept avait déclenché des conversations passionnées, certains n'y voyant pas de problème, tandis que d’autres fustigeaient l’égarement de l’éditeur, proche des utilisateurs et militant pour une certaine forme de liberté… ou tout du moins l’idée qu’ils s’en faisaient.

Le risque de ne se faire que des ennemis 

Car Mozilla, que l’on parle de la fondation ou de l’entreprise, a besoin d’argent et de diversification dans ses sources de financement. Darren Herman, vice-président des services de contenus, est donc revenu à la charge sur le blog officiel de l’éditeur pour mieux expliquer sa vision. Avec de grandes précautions (puisque le sujet est sensible), il explique que Mozilla ne veut pas être un simple pourvoyeur de contenus publicitaires : il veut être un véritable acteur. Pour cela, sa vision s’articule autour de trois axes :

  • Confiance : les utilisateurs doivent comprendre pourquoi un contenu en particulier leur est présenté et quelles données ont servi à cet affichage.
  • Transparence : le fonctionnement de l’ensemble doit être simple à comprendre et les utilisateurs doivent être informés.
  • Contrôle : le choix doit être laissé entre des données personnelles complètement privées, complètement publiques et un mélange des deux.

Pour parvenir à un équilibre délicat dans un domaine si rejeté par un grand nombre d’internautes, Mozilla se propose de jouer le rôle de filtre et veut encourager une « bonne attitude » : tous les acteurs impliqués doivent « voir les bénéfices réels d’un modèle centré sur l’utilisateur ». Jusqu’à présent, les incursions de Mozilla dans ce domaine se sont limitées à quelques contenus sponsorisés sous la forme d’expériences dans les versions Nightly de Firefox. Selon l’éditeur, les retours ont été positifs, les utilisateurs ayant cliqué en moyenne « dix fois plus » que sur les contenus émanant de Mozilla. Ces publicités, comme toutes les autres, rapportent bien entendu de l’argent à l'organisation.

firefox publicité directory tiles

Du donnant-donnant pour du gagnant-gagnant 

Mais Mozilla ne veut pas, comme indiqué précédemment, être un simple pourvoyeur. Il y a donc un système d’entente qui doit mettre en place des relations « gagnant-gagnant » afin de déterminer les publicités qui sont acceptées, et ce en fonction de certains critères. Le responsable explique une partie de la philosophie du concept à Cnet : les partenaires qui se montrent « respectueux du Do Not Track et d’autres zones du Web, et dont nous pensons qu’ils conviennent à notre mission sur l’innovation, les opportunités et la confiance, auront une réduction ». Le message est donc très simple : jouez selon nos règles, les publicités seront moins chères. Et jouer selon les règles de Mozilla implique notamment pour les publicitaires d’opérer sur la base d’un ensemble réduit d’informations, car l’éditeur promet que seul le strict nécessaire sera utilisé, tout en laissant l’utilisateur en position de contrôle. 

Mais alors, quand ce système sera-t-il mis en place et de quelle manière ? On ne sait pas exactement, mais dans deux ou trois semaines, l’ensemble des préversions (canaux Beta, Aurora et Nightly) accueillera une nouvelle fonctionnalité. Baptisée cette fois « Enhanced Tiles », elle s’attaquera au problème des vignettes qui sont le plus souvent basées sur une miniature de la première page rencontré dans la navigation. Cependant, il s’agit souvent de pages de connexion, comme dans les cas de Twitter et Facebook, ce qui ne fournit aucune indication visuelle pertinente. Le but sera donc de récupérer des informations plus utiles à même de mieux identifier les sites présentés et/ou épinglés. L’affichage sera plus agréable, et on se demande s’il ne s’agit pas d’une mesure pour que la grille des vignettes, comprenant sites classiques et publicités, soit plus homogène.

Le résultat ne devrait pas être envahissant 

Dans la pratique, ces tuiles devraient se montrer assez discrètes pour les utilisateurs existants. Les vignettes sponsorisées apparaissent en effet surtout quand la page « Nouvel Onglet » est vide. Avec le temps, l’historique de navigation les complète automatiquement. Même si Darren Herman indique que les publicités feront des incursions, leur proportion devrait rester faible. En outre, la page « Nouvel Onglet » peut être paramétrée pour rester… vide. Il suffit de cliquer sur la roue crantée qui apparait en haut à droite, mais uniquement si on utilise le canal Nightly. On pourra d’ailleurs basculer entre les vues « Classic » et « Enhanced », même si cette dernière ne sera fonctionnelle que dans quelques semaines.

Mozilla choisit un chemin particulièrement ardu. En devenant acteur, il risque la confrontation avec les utilisateurs d’un côté, ainsi qu’avec les publicitaires de l’autre, car les deux groupes seront à ménager. Le simple fait de parler de publicités dans Firefox semble déjà un non-sens pour certains, et il est vrai que le navigateur sera le seul à se lancer aussi frontalement dans cette activité, alors même qu’il est le porte-étendard du logiciel libre sur le Web. Et ce, sans proposer à l'utilisateur de payer pour éviter leur affichage et participer plus directement à ses finances.


chargement
Chargement des commentaires...