Le nombre de précommandes ne signifie plus rien selon Activision

Mais à la fin, c'est quand même eux qui gagnent 20
En bref
image dediée
Crédits : MikeyGen73/iStock/Thinkstock
Jeux video
Kevin Hottot

Alors qu'Activision-Blizzard annonçait lors de la présentation de ses résultats trimestriels que Destiny est en voie de devenir le jeu exploitant une nouvelle licence le plus précommandé de l'histoire, Eric Hishberg, le PDG d'Activision Publishing, ne prête pas la moindre importance à cela. Selon lui, ceci n'est pas un indicateur fiable pour juger du succès d'un jeu.

Souvent, les éditeurs mettent en avant le nombre élevé de précommandes enregistrées par leurs jeux pour justifier de leur futur succès, auprès de la presse, mais également auprès des investisseurs. Activision Blizzard ne fait pas exception, et ce matin dans le document révélant les résultats trimestriels de l'entreprise, nous pouvions ainsi lire ceci : « Le 9 septembre 2014, Activision Publishing prévoit de lancer Destiny, le jeu très attendu de Bungie, sur PS3, PS4, Xbox 360 et Xbox One. Les précommandes du jeu se dirigent vers un record dans l'industrie pour une nouvelle franchise »

Si Activision semble à première vue se réjouir de tout cela, en pratique cela n'est pas exactement le cas. Lors de la conférence téléphonique avec les investisseurs s'étant tenue après la présentation des résultats, Eric Hirshberg, le PDG d'Activision Publishing a tenu à relativiser cela. « Il est également important d'en quelque sorte remettre à zéro les attentes au sujet des précommandes », lâche-t-il. 

Call of Duty Advanced Warfare

Call of Duty : Advanced Warfare

Selon lui, les chiffres de précommandes sont dans l'ensemble de l'industrie en forte baisse, et ce notamment en raison de l'explosion du marché dématérialisé. La disponibilité plus large des jeux lors de leur lancement ne ferait ainsi plus craindre aux joueurs que le titre qu'ils convoitent ne sera pas disponible le jour J, rendant l'intérêt des précommandes nul, si l'on exclut les minces bonus parfois offerts par les éditeurs.

Du coup, Eric Hirshberg dit préférer se baser sur d'autres mesures, comme les intentions d'achat des joueurs ainsi que la notoriété de ses futures sorties auprès de leurs clients potentiels. Des chiffres qui sont bien plus difficiles à obtenir et à appréhender mais qui selon le dirigeant donnent un aperçu plus fiable de ce qui l'attend. Cela ne l'empêchera pas pour autant quelques minutes plus tard d'assurer que de très nombreuses précommandes de Call of Duty : Advanced Warfare sont enregistrées, et que la tendance est déjà supérieure à celle observée pour le volet précédent. Les précommandes ne comptent plus, mais cela reste toujours rassurant pour certains de s'appuyer dessus.


chargement
Chargement des commentaires...