Retrait de tweets : la France perd sa première place mondiale

Pour une fois qu'on était bons quelque part... 24
En bref
image dediée
Crédits : Little_Desire/iStock Editorial/Thinkstock
Justice
Xavier Berne

Chaque semestre, Twitter met à jour les données de son « Transparency Report », lequel permet au grand public d’avoir une idée du nombre de demandes de retraits de tweets dont le réseau social est saisi, que ce soit par la justice d’un pays, des ayants droit, etc. Sans grande surprise, les derniers chiffres indiquent que la tendance est encore une fois à la hausse. Sauf en France. Explications. 

Entre le 1er janvier et le 30 juin dernier, Twitter a reçu un total de 432 demandes de retraits de tweets ou de contenus (hors requêtes liées au droit d’auteur). Il s’agit du chiffre le plus haut depuis que le réseau social porte à la connaissance du public le nombre de requêtes dont il est l’objet, il y a tout juste deux ans. Pour la période allant du 1er janvier au 30 juin 2012, le site de micro-blogging ne dénombrait alors que... 3 demandes !

Lors du précédent semestre, ces demandes émanant normalement de tribunaux ou d’autorités gouvernementales (police, etc.) avaient fait un bond considérable, passant d’une soixantaine à plus de 370 requêtes. La faute à qui ? À la France, qui avait émis 309 demandes de retrait en six mois. L’Hexagone se plaçait ainsi sur la première place du podium, loin devant des pays tels que les Émirats arabes unis ou la Russie.

251 tweets bloqués lors du dernier semestre

Mais ce semestre, la France est reléguée en deuxième position, avec un total de 108 demandes - soit trois fois moins qu’au cours des six mois précédents. Elle est devancée de manière assez conséquente par la Turquie, qui a réclamé 186 fois un blocage d’accès à des tweets. Bien loin derrière, on retrouve la Russie (32 demandes), les États-Unis (26 demandes), ou bien encore le Pakistan (12 demandes). Suite à toutes ces requêtes, qui concernaient un total de 723 comptes, Twitter a procédé le semestre dernier au blocage de l’accès à 251 tweets.

Une centaine de demandes attribuées à une « association » française

Si le réseau social n’indique pas directement quels sont les contenus qu’il a censurés dans les pays en question, il précise toutefois d’où provenaient les demandes. En ce qui concerne la France, une seule demande était issue d’un tribunal. Quant à la centaine de requêtes restantes, Twitter affirme qu’elles ont été formulées par une « association » de lutte contre les discriminations, dont le nom n’est pas dévoilé.

Mais comme nous avons déjà eu l’occasion de l’expliquer, certaines organisations françaises disposent depuis l’année dernière d’un compte de « signalant prioritaire ». C’est notamment le cas de SOS Homophobie, qui peut ainsi signaler des messages et des hashtags considérés comme manifestement illicites, lesquels sont censés être traités plus rapidement par le réseau social. Au début de l’année, l’association nous confiait d’ailleurs que ce partenariat fonctionnait « plutôt bien » (voir notre analyse).

twitter association report

Assez étrangement, la France est le seul pays pour lequel c’est une association qui a pu réclamer de tels retraits. Partout ailleurs, Twitter n’évoque parmi les demandeurs que des autorités administratives ou des tribunaux en tout genre, et ce quand bien même la légitimité de ceux-ci peut être contestée dans certains pays. On rappellera au passage que lors du « record » établi lors du précédent semestre, la quasi totalité des 309 demandes émises depuis la France provenait déjà d’une « association » dont le nom était tu.

Les retraits de contenus portant atteinte au droit d'auteur également en augmentation

Autres données mises à jour par Twitter : le nombre de demandes de retrait justifiées par des atteintes manifestes au droit d’auteur. En la matière, les chiffres sont bien plus importants. 30 800 tweets ont en effet vu leur contenu bloqué suite aux 9 199 requêtes adressées au cours du dernier semestre par les ayants droit. Parmi les images ainsi censurées par le réseau social, se trouvent normalement celles postées par un internaute qui s’était lancé dans la diffusion, image par image, du film Top Gun. La Paramount Pictures était alors intervenue afin de faire cesser le trouble (voir notre article).

Il est à noter que Twitter a reçu 18 contre-notifications, qui ont toutes obtenu une suite favorable de la part du site de micro-blogging. En clair, il s’agit de plaintes d’utilisateurs qui estimaient que le contenu bloqué par le réseau social sur demande des ayants droit l’était à tort. 83 tweets étaient concernés.

Une hause de 45 % du côté des requêtes relatives aux utilisateurs

Enfin, Twitter a actualisé ses données concernant les demandes d’informations relatives à ses utilisateurs. Une fois encore, la tendance est à la hausse. 2058 de ces requêtes lui ont été adressées le semestre dernier, contre 1 410 lors de la période précédente. L'augmentation dépasse donc les 45 %. Au total, 3 131 comptes intéressaient les autorités. Parmi les pays les plus demandeurs, on retrouve les États-Unis (1 257 requêtes), le Japon (192 requêtes), l’Arabie Saoudite (189 requêtes) et le Royaume-Uni (78 requêtes). La France arrive assez loin derrière, avec 36 requêtes.

L’ensemble de ces chiffres doit cependant être abordé précautionneusement. Premièrement, parce que certaines requêtes émanant des services de renseignement peuvent ne pas avoir été publiées par Twitter, comme le soulignent les multiples révélations liées à l’affaire Snowden. Deuxièmement, parce que d’une manière plus générale, l’accès à Twitter peut être difficile voire impossible aux populations de certains pays, à l'instar de la Chine ou de l'Iran. Et ce sans compter le fait que le nombre d'utilisateurs du site de micro-blogging varie naturellement d'un pays à l'autre.


chargement
Chargement des commentaires...