Attention quand vous tweetez un article du Canard, un ex-ministre veille

Zone de droit vs zone de non droit 85
En bref
image dediée
Justice
Marc Rees

Sur Twitter, l'ancien ministre UMP Dominique Bussereau menace de poursuites deux internautes qui ont relayé un article du Canard Enchaîné racontant quelques faits d’armes. Un épisode qui flirte avec un bel effet Streisand.

L’ancien ministre UMP, aujourd'hui député et président du Conseil général de la Charente-Maritime, a visiblement le 06 de son avocat à portée de main. Et le téléphone chauffe si l'on en croit ses tweets. Un récent article du Canard Enchaîné affirme que Dominique Bussereau a affrété vingt-neuf cars pour transporter une cohorte de fonctionnaires du département voilà quelques semaines.

Pour cette « réunion d’information » sur la réforme territoriale, organisée à 60 km de la Rochelle, ville sous municipalité de gauche, le coût affiché serait de 75 000 euros, soutient le Canard. Celui-ci avance que pour l’occasion, « tous les services du conseil général ont été fermés pour une demi-journée ». Le palmipède y va de ses coups de bec légendaires pour cette sympathique et joyeuse manifestation, dont on pourra trouver des photos sur ce blog.

Problème : sur Twitter, à un internaute qui demandait des explications, copie de l’article en pièce jointe, l’ancien ministre UMP sort son Dalloz, en le menaçant de poursuites sur le terrain de la diffamation :

Cet autre utilisateur de Twitter a fait l’objet d’une menace similaire, avec un message initial plus musclé. Le personnage politique n’a visiblement cure du risque d’effet Streisand qui guette chaque menace de coups de gomme : « Twitter implique des responsabilités et de se conformer aux prescriptions légales .... Même quand on se cache courageusement sous un pseudo » prévient-il, avant de rajouter : « donc un message diffamatoire est automatiquement transmis à un avocat qui apprécie les suites à donner: ça s’appelle un état de droit. »

Cette posture a parfois fait rigoler sur Twitter, d’autant que le Canard, pour son papier intitulé « Bussereau aère ses fonctionnaires », n’a pas été à ce jour condamné pour diffamation :


chargement
Chargement des commentaires...