Ondes électromagnétiques : une élue écolo s'inquiète des objets connectés

Je rêvais d’une autre onde 134
En bref
image dediée
Crédits : Manuel-F-O/iStock/Thinkstock
Loi
Marc Rees

Ces derniers mois les députés écologistes ont démultiplié les initiatives pour parer aux risques (supposés ou avérés) des ondes électromagnétiques. Dernière en date, une question parlementaire de la députée Laurence Abeille, adressée à Axelle Lemaire, la secrétaire d'État chargée du numérique et visant cette fois les objets connectés.

 ondes LG KizonCrédits : LG

 

Dans cette question (dédoublée ici et ) la députée écologiste Laure Abeille s’inquiète ainsi des émissions d'ondes électromagnétiques par les nouveaux objets connectés. « Tout récemment, une entreprise multinationale a annoncé la commercialisation d'un « bracelet connecté » permettant aux parents de suivre et surveiller leurs enfants à distance et en continu ». L’objet en question n’est pas cité, il s’agit en fait du kizON de LG. Un dispositif qui permet également à l’adulte de rester en contact avec son enfant et de l’appeler au besoin. Disponible en Corée du Sud, il est attendu en Europe et aux États-Unis dès cet automne.

Rendre obligatoire le niveau d'émission

Pour Laure Abeille, « cet accessoire va accroître encore un peu plus l'exposition des enfants aux champs électromagnétiques ». Et pour cause, selon elle, « ce bracelet électronique permet la géolocalisation du porteur, mais aussi, sur activation des parents, la retransmission de tout l'environnement sonore de l'enfant. ».

Selon l’élue encore, « l'émission est certainement loin d'être négligeable, mais aucune étude sur le sujet n'a été publiée. Il n'est donc pas possible pour le public de connaître et maîtriser son exposition aux ondes électromagnétiques ». Elle voudrait du coup que l’on rende obligatoire l’indication des émissions de ces nouveaux appareils connectés.

Une obligation à l'étude au Parlement

Ce souhait est justement à l’honneur dans une proposition de loi touchant aux ondes électromagnétiques, corédigée par Laurence Abeille, Isabelle Attard ou encore Brigitte Allain. À ce jour, une loi du 12 juillet 2010 le débit d'absorption spécifique (DAS) soit indiqué de façon lisible et en français, mais cette obligation ne concerne que la téléphonie mobile. La loi ajoute que « mention doit également être faite de la recommandation d'usage de l'accessoire permettant de limiter l'exposition de la tête aux émissions radioélectriques lors des communications. »

Dans la proposition de loi précitée, il est prévu d’étendre cette obligation à « tout équipement terminal radioélectrique et équipement radioélectrique proposé à la vente » et pour lequel le fabricant a l'obligation de faire mesurer le DAS. Le texte, de retour du Sénat, est désormais en seconde lecture à l’Assemblée nationale.


chargement
Chargement des commentaires...