Pour contrer Netflix, Aurélie Filippetti croit en la carotte

Made in France Culturel 160
En bref
image dediée
Loi
Marc Rees

La ministre de la Culture veut que les films sortant au cinéma soient plus rapidement accessibles sur les services de vidéo à la demande. Dans le même temps, Aurélie Filippetti a son idée pour « valoriser le «made in France» culturel » Alors que Netflix est à nos portes, avec sous le coude, des moyens techniques d’ampleur, les films seront-il bientôt plus rapidement accessibles sur les services de vidéo à la demande ? C’est en tout cas les vœux d’Aurélie Filippetti.

chronologie des médias

La ministre de la Culture annonce dans une interview au site du Figaro (payant), qu’elle va proposer « d'avancer de deux mois la disponibilité des films à la télévision, et, pour la vidéo à la demande par abonnement, de ramener le délai après la sortie en salle à vingt-quatre mois, contre trente-six actuellement. » Seulement tous n’auront pas droit à une telle accélération du temps. Le ministère de la Culture veut en effet réserver cette primeur aux « services qui participent au financement et à l'exposition des œuvres françaises et européennes. »

Et pour mieux témoigner de cet effort, «  dès la rentrée, je lancerai un appel à propositions pour un dispositif de référencement des sites de vidéos qui contribuent au soutien et à l'exposition de la création française et européenne. » 

Une logique de carotte

Cette logique de carotte avait déjà été décrite dans le rapport Lescure, lequel proposait de raboter le délai applicable à la vidéo à la demande par abonnement. Les services de VàDA seraient tenus en contrepartie de cette fenêtre aménagée, « de prendre des engagements importants en termes de contribution à la production, conformément au décret SMAD ; ceux qui ne souhaitent pas ou ne sont pas en mesure d’assumer de telles obligations pourraient continuer à bénéficier des mêmes films après 22 ou 36 mois ».

Seulement Lescure proposait un délai de 18 mois pour la VàDA et de fait, Filippetti a préféré le délai de 24 mois proposé par le CSA.
 

Quoi qu’il en soit, selon la locataire de la Rue de Valois, « depuis 2009, les pratiques et l'environnement concurrentiel ont considérablement évolué. Il est temps d'en tenir compte et de donner un nouvel élan à nos industries culturelles, tout en favorisant les offres légales en ligne ». En 2014, cependant, elle ne veut toujours pas d’une diffusion simultanée entre la salle et Internet. « La salle de cinéma doit dans ce nouveau cadre continuer à primer pour les films et je ne retiens pas l'idée d'une diffusion simultanée sur Internet ; mais des dérogations encadrées devraient être prévues, pour des films qui auraient très vite épuisé leur potentiel en salle. »

La confiance dans les professionnels

Si on fait le bilan de ses propositions décrites dans son interview, elle veut :

  • Prévoir des dérogations pour les films qui auraient très vite épuisé leur potentiel en salle.
  • Avancer de deux mois la disponibilité des films à la télévision.
  • Ramener le délai de la vidéo à la demande par abonnement de 36 à 24 mois s’ils financent les oeuvres françaises et européennes.
  • Favoriser l'accès des films en VOD sur une plus longue période en resserrant la fenêtre d'exclusivité des chaînes de télévision.
  • Libérer la diffusion des courts-métrages.

Des propositions suffisantes pour contrecarrer le tsunami Netflix ? Selon Aurélie Filippetti, en tout cas, « ces assouplissements seront détaillés avec les professionnels sous l'égide du CNC » puisque la chronologie des médias « relève d’un accord professionnel. »

La ministre fait « confiance à leur sens des responsabilités pour qu'un accord puisse se dégager à la rentrée ». Pour mémoire, en 2013, elle avait déjà alerté ces mêmes professionnels qu’ « une disposition législative pourrait intervenir » s’ils ne trouvent pas de terrain d’entente. Une vraie petite réponse graduée statique.


chargement
Chargement des commentaires...