Retouche : Paint.NET 4.0, entièrement réécrit, est disponible en version finale

Ne vous fiez pas à son nom 62
En bref
image dediée
Applications
Vincent Hermann

Paint.NET est un petit logiciel de retouche d’image connu désormais de nombreux utilisateurs. Les développeurs de cet outil gratuit viennent d’annoncer le lancement de la version 4.0 majeure, fruit d’un profond travail de réécriture.

paint.net

Entièrement réécrit pour le framework .NET 4.5 

Paint.NET est un outil qui se veut d’abord simple, mais qui se révèle finalement beaucoup plus complet que ce dont il a l’air. À l’origine, il s’agissait d’un projet très simple : présenter un petit logiciel de manipulation d’image, écrit entièrement sur l’infrastructure .NET de Microsoft et prévu pour dépasser les limites (vite atteintes) de Paint, fourni avec Windows de longue date. Depuis, le projet est allé bien au-delà de ce premier développement.

La version 4.0 est disponible depuis aujourd’hui et a été l’occasion d’un profond travail de réécriture. Les bases techniques du logiciel ont été nettement modernisées, au prix toutefois d’une compatibilité brisée avec les systèmes Windows plus anciens. Paint.NET 4.0 est en effet écrit pour le framework .NET 4.5 et est conçu pour les processeurs comportant au moins deux cœurs. L’accélération matérielle Direct2D est exploitée, mais elle peut être désactivée au cas où elle provoquerait des problèmes graphiques. À cause de ces changements, Paint.NET 4.0 ne peut être installé qu’à partir de Windows 7 Service Pack 1 au minimum.

Meilleures performances et interface remaniée 

Les travaux permettent cependant au logiciel d’être beaucoup plus rapide, surtout quand des plugins sont installés. Il démarre d’abord plus vite, ce qui était un reproche que l’on pouvait faire aux versions précédentes, environnement .NET oblige. Le moteur de rendu est totalement nouveau, asynchrone, exploite plusieurs threads, les auteurs affirmant que le logiciel sait tirer parti de deux, quatre, six ou même seize cœurs. La consommation de mémoire vive a été réduite et l’impact sur l’autonomie devrait être moins important.

L’interface elle-même a été revue également et se veut nettement plus réactive. Certains outils ont été déplacés en haut à droite de l’interface pour y être directement accessibles, notamment aux réglages de l’application. On trouve dans ces derniers la possibilité de configurer un certain nombre d’éléments par défaut. On pourra ainsi gagner du temps lorsqu’on utilise souvent les mêmes outils. Les prévisualisations des images sont rangées en haut de l’écran (on peut les intervertir par glisser/déposer) et on retrouve à gauche les éléments qui étaient là précédemment : les menus et les fonctions de base. Plus bas, on trouve la barre qui permet d’effectuer tous les réglages d’un outil en particulier.

paint.net

Des changements d'habitudes à prévoir

À ce sujet, il faut noter que les développeurs ont tenté de rationaliser certains aspects de l’interface pour rendre la classification de certains éléments plus logiques. On ne trouve plus par exemple d’outils ligne, carré, cercle et ainsi de suite. À la place, un outil « Formes » a été intégré et ses réglages se font dans la fameuse barre. C’est là que les habitués pourraient ne pas apprécier la suite, car une fois l’outil sélectionné, il faudra aller choisir dans un autre menu le type de forme que l’on souhaite.

De fait, si on souhaitait directement utiliser l’outil Ligne par exemple, parvenir au résultat prendra plus de temps. Mais les développeurs indiquent qu’il existe désormais 27 formes différentes, ce qui explique leur réunion au même endroit.

Des calques interchangeables par glisser/déposer 

Les autres améliorations sont particulièrement nombreuses. Puisque Paint.NET gère les calques par exemple, la version 4.0 offre la possibilité de les réarranger par glisser/déposer. Les opérations de copies d’images prennent également en charge le PNG, permettant de sauvegarder le canal alpha (transparence) lors d’un collage vers un autre logiciel.  Les données EXIF relatives à l’orientation de l’image sont prises en charge et (enfin !) Paint.NET est bien référencé dans les « programmes par défaut » ce qui permet de réparer et choisir les associations de fichiers quand elles sont brisées, sans devoir réinstaller le logiciel.

paint.net

Parmi les outils et effets fournis avec Paint.NET, on constate également de nombreux apports. Dans la section Photos, on trouve par exemple l’effet Étiquette. Il permet d’appliquer un ombrage périphérique et circulaire sur une zone de la photo. Certains effets, comme l’outil de retrait des yeux rouges, ont été améliorés.

L'historique prend en charge tous les paramètres des outils 

Globalement, les outils sont pratiquement tous compatibles avec la haute granularité de l’historique. Cela signifie qu’il est possible d’en modifier de nombreux aspects avant de répercuter les changements sur un calque. L’historique garde alors en mémoire cette application mais également chaque paramètre utilisé. Tout aussi important, l’utilisation de la souris se veut plus souple grâce à une nouvelle méthode de prise en compte de ses mouvements.

De nombreux outils profitent en outre directement de l’accélération matérielle via le GPU de la machine. C’est notamment le cas de l’outil Texte dont le mode de rendu peut être configuré en Smooth, Sharp (Modern) et Shart (Classic), qui correspondent respectivement aux modes de rendu DirectWrite Outline, ClearType Natural Symmetric et la bonne vieille GDI.

Paint.NET 4.0 est dans tous les cas une très forte évolution vis-à-vis de la branche 3.5 précédente. La hausse des performances est plus que sensible et l’outil peut être considéré comme un « must have », sa gratuité étant un sérieux atout. Il ne peut prétendre évidemment à se battre contre un Photoshop tout puissant équipé de ses milliers d’outils, mais Paint.NET devrait suffir pour la plupart des besoins basiques (et un peu moins basiques) en retouche d’images.

Les intéressés pourront récupérer le logiciel depuis son site officiel.


chargement
Chargement des commentaires...