Chez Crytek, le sourire en façade, l'exode des employés en coulisses

Crysis me a river 61
En bref
image dediée
Société
Kevin Hottot

Alors que de nombreux bruits courent autour de la santé financière de Crytek, le studio affirmait hier que tout va pour le mieux et que sa situation est sous contrôle. Manque de chance pour lui, plusieurs de nos confrères ont eu vent de démissions au Royaume-Uni et obtenu des précisions concernant les salaires non versés aux employés.

E3 Microsoft Ryse Son of Rome

Ryse : Son of Rome

Crytek, ton univers impitoyable

Malgré tous ses efforts du studio pour étouffer l'affaire, les difficultés financières de Crytek sont en train de se dévoiler au grand jour. Tout a commencé avec un article publié dans un magazine allemand recueillant les témoignages d'employés de l'entreprise et d'autres acteurs de l'industrie vidéoludique. L'ensemble des personnes interrogées s'accordaient à dire que Crytek va mal, en expliquant que certains employés ne touchaient pas leur salaire dans les temps, et qu'une large part des grands éditeurs s'attend à ce que l'entreprise mette la clé sous la porte dans un futur proche.

Bien évidemment, Crytek a immédiatement réagi en expliquant, que de son côté tout se passe bien. « Contrairement à ce que certains médias rapportent, en s'appuyant sur un article récemment publié dans le magazine GameStar, les informations qui y sont présentées ne sont que des rumeurs, que Crytek dément », déclarait ainsi un porte-parole de l'entreprise, avant d'ajouter que le développement de plusieurs titres suivait son cours.

Pas de licenciements, mais un turn-over important

Malgré toute la bonne volonté affichée par le studio dans les médias, il est difficile de croire que tout est parfait au vu des éléments que continuent d'avancer nos confrères. Ainsi selon Eurogamer, qui s'appuie sur les témoignages de plusieurs sources proches du dossier, l'ambiance est loin d'être au beau fixe dans les locaux de Crytek. 

Ainsi, environ 30 des 130 employés que comptent le studio britannique de l'entreprise ont quitté leur poste depuis 2011, principalement en raison de retards de paiement dans les salaires et le rythme s'accélère ces derniers mois. Parmi eux on retrouve des figures importantes comme Karl Hilton, le directeur général de Crytek UK, parti le 28 mai dernier. Les derniers partants se sont notamment dirigés vers Cloud Imperium Games, le studio à l'origine de Star Citizen, un titre qui exploite les capacités du CRYENGINE.

D'autres sources ont apporté des précisions sur les problèmes touchant le versement des salaires. Ainsi chez Crytek UK, les employés auraient touché 600 puis 700 livres de salaire au lieu du montant habituel ces deux derniers mois. Un signe révélateur de la bonne santé de l'entreprise, ou pas. D'ailleurs, elle s'est depuis refusé à tout commentaire.


chargement
Chargement des commentaires...