Al Gore : Edward Snowden a « rendu un important service »

Un lanceur d'alertes qui dérange 60
En bref
image dediée
Securité
Vincent Hermann

L’ancien vice-président des États-Unis Al Gore a pris position en faveur du service rendu au pays par Edward Snowden. Un avis qui tranche de manière importante avec la position officielle ou encore certains grands patrons tels que Bill Gates.

al gore
Crédits : Tulane Public Relations (licence: CC by SA 2.0)

Edward Snowden est globalement considéré comme un traître 

Depuis les premières révélations d’Edward Snowden sur le travail de la NSA et plus globalement des agences de sécurité dans le monde, le lanceur d’alertes est coincé à Moscou. Largement considéré comme un traître par la classe politique, il ne peut pas revenir dans son pays et est actuellement en asile politique temporaire en Russie, jusqu’au mois prochain.

La plupart des avis émanant de personnes influentes, soit politiquement, soit financièrement, sont clairement en défaveur de Snowden aux États-Unis. Par exemple, le Secrétaire d’État John Kerry l’a traité récemment de « lâche » et de « traître », se laissant tenter au passage par le sarcasme : « En fait, s’il tient tant à l’Amérique et s’il croit en l’Amérique, il devrait faire confiance au système de justice américain ».

« Il a également rendu un important service » 

Hier, lors de la Southland Technology Conference, qui se tient jusqu’à ce soir à Nashville dans le Tennessee, Al Gore a accepté de répondre à plusieurs journalistes au sujet de Snowden et des implications de ses actions. Pas question pour lui de coller une étiquette de « traitre », de « héros » ou même de « lanceur d’alertes » car son point de vue mélange finalement un peu les trois.

« Je ne le mettrais pas vraiment du côté traitre. Et je vais vous dire pourquoi » commence-t-il ainsi, avant de continuer : « Il a clairement violé la loi, donc vous ne pouvez pas dire OK, ce qu’il a fait était bien. Mais ce qu’il a révélé au cours du viol de lois importantes, dont des violations de la Constitution des États-Unis, était bien plus sérieux que les crimes qu’il a commis ». Un premier avis déjà très significatif dans ses implications, car Gore valorise de ce fait l’action de Snowden.

Mais l’ancien vice-président va plus loin : « Il a également rendu un important service ». Pour Gore, le message livré par Snowden dispose donc d’un caractère crucial qui dépasse le champ des lois qu’il a violées. Ce qui revient à dire que l’action du lanceur d’alertes était nécessaire.

Le lanceur d'alertes n'est pas près de rentrer chez lui 

Interrogé par The Guardian, l’avocat américain de Snowden, Ben Wizner, a renchéri : « Al Gore a bien entendu raison. Malheureusement, les lois sous lesquelles Snowden est inculpé ne donnent aucune place à la valeur des informations qu’il a révélées. Que les activités de la NSA aient violé la loi ou la Constitution n’aurait pas d’importance dans un procès sous [la loi] Espionnage Act ».

Évidemment, les propos d’Al Gore ne manqueront sûrement pas d’apporter de l’eau au moulin des défenseurs de Snowden. Le cas du lanceur d’alertes est dans tous les cas loin d’être réglé. Snowden ne peut en effet pas espérer le moindre retour dans son pays avant que la loi ait évolué et que l’opinion publique soit clairement en sa faveur. Or, comme le rappelle The Guardian, une récente enquête de la NBC a montré que seuls 24 % des personnes interrogées aux États-Unis soutiennent le lanceur d’alertes, contre 34 % qui désapprouvent son action, le reste n’ayant pas d’opinion.


chargement
Chargement des commentaires...