Téléchargement direct : Google déréférence (à nouveau) Rapidgator

Ma référence à moi 18
En bref
image dediée
Justice
Xavier Berne

Pour la seconde fois en l’espace de six mois, l’hébergeur de fichiers Rapidgator vient d’être déréférencé par Google suite à une demande manifestement erronée de la part d’ayants droit. Le site, qui peut apparaître comme l'un des successeurs de MegaUpload, a néanmoins contesté cette décision auprès de la firme de Mountain View. 

google rapidgator

Si vous tentez d’accéder à l’hébergeur de fichiers Rapidgator en passant par Google, vous n’y arriverez pas (à moins que vous ne cliquiez sur le bandeau correspondant aux annonces publicitaires, mais ce n’est pas un résultat de recherche à proprement parler). En effet, l’URL renvoyant vers « rapidgator.net » ne figure plus parmi les résultats affichés par le célèbre moteur de recherche.

Pourquoi ? En bas de page, Google indique avoir déréférencé une URL suite à « une plainte reçue dans le cadre du US Digital Millennium Copyright Act (loi de protection des droits d'auteur) ». Rappelons le principe : tout ayant droit qui constate qu’une de ses œuvres est hébergée et mise à disposition illégalement peut demander à un moteur de recherche tel que Google de ne plus rediriger les internautes vers cette page, afin de limiter l’atteinte à ses droits.

Google ferme la porte d’entrée vers Rapidgator

Ici, la fameuse demande de déréférencement est rédigée par l’association des éditeurs britanniques, qui a demandé le 16 avril dernier à la firme de Mountain View de ne plus renvoyer vers plusieurs centaines de pages, au motif que celles-ci porteraient atteinte aux droits d’auteur d’un de ses membres (Yale University Press).

Parmi ces URL, figurait justement le nom de domaine complet de Rapidgator : « http://rapidgator.net/ ». Le problème est que la fameuse page n’est qu’une page d’accueil, laquelle présente les services du site mais ne contient aucun contenu illicite... Cela signifie qu’en accédant à cette requête, Google a fermé la porte d’entrée du site dans son ensemble, peu importe que certains des fichiers hébergés sur Rapidgator puissent être parfaitement légaux.

dmca rapidgator

Rapidgator a déposé une contre-notification

Manifestement remonté contre ce déréférencement, un responsable de Rapidgator a indiqué à TorrentFreak que la société avait contesté cette mesure de rétorsion auprès de Google. L’hébergeur de fichiers, qui avait déjà connu un tel désagrément en décembre 2013, déplore l’attitude de la firme de Mountain View, qui est jugée trop lente à réagir : « Quand Google reçoit une requête DMCA, les URL sont déréférencées dans la journée, mais pour les restaurer, ça prend des semaines voire des mois. Nous pensons qu’ils devraient les restaurer aussi vite qu’ils les ont supprimées » a-t-il ainsi fait valoir.

Google, qui croule sous les requêtes DMCA, semble n’avoir pas suffisamment vérifié les URL qui lui étaient signalées. Pour autant, il n’est pas certain que l’opération profite beaucoup aux ayants droit britanniques à l’origine de cette demande, puisqu’il est impossible de retrouver un contenu depuis la page d’accueil de Rapidgator. Les liens de téléchargement direct sont en effet habituellement disséminés sur le Net via des sites de liens spécialisés...


chargement
Chargement des commentaires...