Blizzard poursuit en justice les créateurs d'un « map hack » pour Starcraft II

Même avec un hack, ils ne l'ont pas vu venir 149
En bref
image dediée
Justice
Kevin Hottot

Lorsqu'un jeu en ligne est l'occasion de classements disponibles publiquement, et que les meilleurs joueurs peuvent prétendre à des gains importants lors de tournois ou d'un « transfert » d'équipe, il peut être tentant de tricher un peu. Blizzard n'est pas de cet avis, et vient de poursuivre en justice le créateur d'un « map hack » utilisable sur Starcraft II.

Starcraft II

L'arme ultime des mauvais joueurs

Les amateurs de Starcraft II ont probablement déjà entendu parler d'un logiciel de triche baptisé « ValiantChaos MapHack ». Celui-ci est vendu depuis de nombreux mois par le biais d'un forum, au tarif de 62,50 dollars, et permet à ses adeptes de voir l'intégralité de ce qui se passe sur la carte du jeu, y compris tout ce qui ne se trouve pas dans leur champ de vision. Ceci leur permet donc de prendre un avantage considérable sur leurs adversaires. 

De plus, ces logiciels que l'on appelle dans le milieu des « map hacks » s'accompagnent en général de fonctionnalités tierces visant à assister le joueur. Certains d'entre eux sont même capables d'automatiser certaines actions, ou même d'afficher en direct la production de votre adversaire. Quelques exemples de leurs capacités sont montrés par ici.

Blizzard passe a l'attaque.

Tout ceci n'est par contre pas du goût de Blizzard, qui a porté plainte contre X en espérant retrouver qui sont les auteurs de ce fameux logiciel, la firme d'Irvine avouant dans sa plainte « ignorer les noms et statuts véritables des développeurs ». L'éditeur estime en effet qu'il enfreint les termes de la licence fournie (EULA), ainsi que les termes d'utilisation de Battle.net, sa plateforme de jeu en ligne. En outre, selon la copie de la plainte qu'ont pu se procurer nos confrères de Torrent Freak, l'éditeur juge que ce type de programme viole son copyright en altérant le jeu original. 

Blizzard précise également qu'ils sont à l'origine d'importantes dépenses puisque cela l'oblige à développer toutes sortes de parades visant à interdire aux utilisateurs de ces hacks d'accéder aux serveurs de jeu. Il est notamment question pour cela d'un programme baptisé Warden, qui scrute la mémoire des machines afin de détecter la « signature » d'éventuels logiciels dédiés à la triche.

Le créateur du hack dit faire cela pour s'amuser, et n'avoir vendu que 1000 copies

Les membres du site team-aaa.com, une équipe française de sport électronique, ont eu l'occasion de s'entretenir avec le créateur du « ValiantChaos MapHack », un jeune allemand de 19 ans. Celui-ci déclare notamment développer des hacks pour les jeux de Blizzard depuis 2010, et ce pour diverses raisons. « Au tout début, quand ma marge de progression était haute, je le faisais surtout par passion et pour m’amuser », explique-t-il avant d'ajouter un peu plus tard que « forcément, c’est assez cool de pouvoir gagner de l’argent grâce à ça. [...] Après tout, c’est un travail comme un autre ». 

Ce travail lui a néanmoins apporté de confortables revenus. « C’est difficile de donner un chiffre précis, mais actuellement, mon maphack a été vendu à plus de 1 000 exemplaires depuis la sortie de Heart of the Swarm », soit des revenus supérieurs à 60 000 dollars depuis mars 2013, de quoi vivre de façon plutôt confortable. Si l'argent venait vraiment à manquer, le développeur pourrait compter sur une autre source de revenus puisqu'il affirme avoir été approché à de nombreuses reprises par des organisateurs de tournois, prêts à dépenser de fortes sommes pour connaître la liste de ses clients. Une option qu'il lui faudra peut-être envisager si la justice lui met le grappin dessus.


chargement
Chargement des commentaires...