400 euros d’amende pour Nans Thomas, pilote du drone de Nancy

Le drone de fer 78
En bref
image dediée
Justice
Xavier Berne

Nans Thomas, le jeune homme de 18 ans qui a fait beaucoup parler de lui ces derniers mois suite à la mise en ligne d’une vidéo de « Nancy vu du ciel », et tournée à l’aide d’un drone, a finalement écopé aujourd'hui d’une amende de 400 euros. 

nancy drone

C’est dans le cadre d’une procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité que Nans Thomas comparaissait aujourd’hui devant le tribunal de grande instance de Nancy. Le ministère public reprochait à ce lycéen, qui passera son bac dans quelques semaines, d’avoir réalisé en janvier dernier une vidéo dans laquelle les endroits les plus mythiques de la ville de Nancy étaient survolés, le tout à l’aide d’un drone équipé d’une caméra. Le film, mis en ligne sur YouTube, avait connu un grand succès, avant d’être repéré par les autorités - la Direction régionale de l’aviation civile et le Parquet, ce dernier ayant engagé des poursuites à la mi-février.

Finalement, Nans Thomas s’est vu infliger une amende de 400 euros, comme le rapporte France 3 Lorraine. 100 euros au titre du « non-respect de la réglementation », plus 300 euros pour « mise en danger de la vie d'autrui ». Rien que pour cette seconde infraction, le jeune homme risquait une peine maximale d’un an de prison et de 15 000 euros d’amende.

« J'ai l'impression d'avoir été traité comme un méchant délinquant. Cette affaire m'a parfois dépassé au niveau médiatique, mais je suis resté humble, grâce à ma famille » a réagi Nans Thomas auprès de l’AFP. Le coupable, qui ne semble pas vouloir contester sa peine, a également fait référence à la législation française, jugée « trop contraignante » selon lui. Nous avions d’ailleurs discuté des règles applicables aux drones civils et à l’affaire de Nancy en particulier avec Maître Julien Brochot, spécialiste de la question, quelques semaines après l’effervescence que celle-ci avait suscité (voir notre interview : « Comment faire voler son drone en toute légalité »).

Rappelons enfin que c’est également dans le cadre d’une procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité qu’un homme de 22 ans a écopé en février dernier d’une amende de 1 000 euros, dont 500 avec sursis, pour avoir fait voler un drone sous la Tour Eiffel. Les problèmes relatifs à l’utilisation des drones civils se posent aussi à l’étranger, puisqu’un individu a récemment été condamné à payer 2 200 dollars pour avoir mis en danger la vie d’autrui en effectuant un survol non autorisé de New York avec son drone. L’appareil s’était écrasé en ville, à proximité d’un piéton qui avait ensuite alerté les autorités.


chargement
Chargement des commentaires...