Oculus VR s'offre les services du directeur artistique de Halo 4 et d'id Software

Les idées de Zenimax ne suffisent pas, il faut aussi les employés 40
Kevin Hottot

Avec les millions de Facebook en poche, Oculus VR peut se permettre de faire grossir ses équipes à grand renfort de recrutements prestigieux. Dernier coup fumant de la start-up l'arrivée dans ses rangs de Kenneth Scott, ancien directeur artistique d'id Software et de 343 Industries, où il a notamment officié sur Halo 4.

Oculus VR pioche à nouveau chez les anciens d'id Software

Oculus VR vient à nouveau de s'attirer les services d'une recrue de choix en la personne de Kenneth Scott. Si son nom ne vous dit absolument rien, sachez qu'il était directeur artistique de 343 Industries entre 2008 et 2014, où il a planché sur Halo 4, mais qu'il a également occupé ce poste chez id Software entre 1998 et 2008. Il a donc longuement côtoyé un certain John Carmack.

Si l'on pourrait s'étaler longuement sur le fait qu'Oculus VR semble attirer nombre d'anciens employés d'id Software dans ses filets et que cela ne ferait qu'alimenter le moulin de Zenimax, la maison mère du studio concernant son contentieux avec John Carmack et Oculus VR, l'information la plus importante est à chercher ailleurs. 

Du contenu maison pour le Rift

L'annonce de l'arrivée de Kenneth Scott s'accompagne de celle de la formation d'une équipe dédiée à la création de contenus dédiés à la réalité virtuelle. En effet, pour que la technologie décolle, il faut encore pouvoir proposer des contenus l'exploitant susceptibles d'attirer les consommateurs. Le jeu vidéo est la solution la plus évidente, et d'autres acteurs du marché comme Sony se sont eux aussi mis en route dans cette direction, mais ce n'est pas la seule option. 

On se souviendra ainsi des déclarations faites par Brendan Irbe, l'actuel PDG d'Oculus VR la semaine dernière concernant le but ultime poursuivi par son entreprise : la création d'un univers virtuel, ou plus d'un milliard d'utilisateurs pourraient communiquer. Un projet que le responsable décrit comme « le Saint Graal que nous essayons d'atteindre », et qui a certainement pesé très lourd dans la décision de Facebook d'acquérir son entreprise. 

S'il est encore bien trop tôt pour démarrer les travaux sur un tel projet qui, rappelons-le, « réclamerait un réseau plus grand que celui qui existe dans le monde aujourd'hui », Kenneth Scott et sa future équipe auront déjà fort à faire pour développer des concepts susceptibles de donner envie au grand public de lâcher plus de 300 dollars dans un casque de réalité virtuelle.


chargement
Chargement des commentaires...