La justice rejette la demande de blocage du site de Joe le Corbeau

Chaud patatras 156
Marc Rees

Selon nos informations, le TGI de Toulouse, statuant en référé, a finalement rejeté la demande du Parquet visant à bloquer le site Croah.fr, édité par « Joe le Corbeau ». Cette demande visait le site principal, mais également l’ensemble des sites miroirs.

justice

Darty, Bouygues Télécom, Free, Numéricable, Orange et SFR, tous assignés, n’auront pas à couper l’accès de ce site tenu par un dessinateur proche de Dieudonné. « On a eu le souci dans cette assignation de faire le maximum pour bloquer la diffusion de messages, sous quelque forme que ce soit, qui pour nous sont clairement antisémites » avait soutenu le procureur de la République.

Une source proche du dossier nous indique que la demande de blocage réclamait plusieurs milliers d’euros. La demande de blocage visait également l’ensemble des sites miroirs de ce site. Il s'agissait spécfialement :

  • D'enjoindre aux FAIs d'empêcher l'accès aux trois sites joelecorbeau.org, joelecorbeau.com et croah.fr
  • Assortir cette injonction d'une astreinte de 2.000 euros par jour de retard, y compris à l'égard des FAIs
  • Condamner solidairement les FAIs et - l’auteur des contenus - à supprimer les données litigieuses des sites sur lesquels elles pourraient réapparaitre ultérieurement sur internet.

Le blocage visait ainsi les sites futurs, qui pourraient réapparaître n'importe où sur Internet. Une demande pour le moins ambitieuse.

Raison de fond ou de procédure de ce rejet ? « La demande du parquet n’est pas accueillie, mais nous n’avons pas encore les détails » nous indique simplement l’un des FAI concernés. De fait, il s'agirait d'un pur problème de forme, non de fond. La demande du Parquet avait été épaulée par celle du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) et de la Ligue contre le racisme et l'antisémitisme (Licra).

Noël Gérard, celui qui se cache sous ce pseudo de Joe le Corbeau, avait été mis en examen en janvier pour provocation à la haine raciale par écrits et images diffusés par voie électronique. Parmi ses faits d’armes, comme le rappelle notamment le Figaro, il avait notamment diffusé une photo d’un homme réalisant une quenelle devant l'école Ozar Hatorah de Toulouse, là où Mohamed Merah avait tué plusieurs enfants et un enseignant.


chargement
Chargement des commentaires...