L'Unreal Engine 4 et Unity 5 ont fait leur entrée lors de la GDC

Entre royalties et publicité 54
Kevin Hottot

Lors de la Game Developers Conference, qui se tient actuellement à San Francisco, deux nouveaux moteurs de jeux ont été annoncés par leurs concepteurs. D'un côté l'Unreal Engine 4 d'Epic Games, et de l'autre Unity 5 de chez Unity 3D. L'un comme l'autre ont leurs avantages, mais leur modèle économique est surtout très différent.

Unity 5

Comme son nom l'indique, la Game Developers Conference s'adresse avant tout aux développeurs et concepteurs de jeux vidéo. C'est donc le meilleur moment chez certains studios pour lever le voile sur leurs nouveaux moteurs graphiques et les proposer à l'ensemble de l'industrie. Lors de cette édition 2014 du salon, Epic Games et Unity 3D ont profité de l'occasion pour parler de l'Unreal Engine 4 et d'Unity 5. 

Epic mise sur le support de l'Oculus Rift et un système de royalties

Epic Games a ouvert le bal avec son Unreal Engine 4, un moteur présenté comme permettant aussi bien de réaliser des titres de grande envergure que de petits jeux indépendants. D'ailleurs le coût de sa licence reflète assez bien cela puisqu'il est question d'un abonnement mensuel de 19 dollars, auquel il faudra ajouter 5 % de royalties sur les ventes de vos jeux. Ainsi, si votre titre vous permet de réaliser un million d'euros de chiffre d'affaires, Epic Games vous en demandera 50 000. « Nous réalisons que c'est beaucoup, et ce serait une proposition totalement folle si l'Unreal Engine 4 ne vous permettait pas de concevoir de bien meilleurs jeux et ce de façon bien plus productive qu'autrement », se justifie Tim Sweeney, le fondateur d'Epic Games, dans un communiqué.

Pour ce qui est des fonctionnalités proposées, Epic Games ne s'étale pas particulièrement dessus et une liste est disponible sur cette page. Parmi les plus intéressantes, on notera la possibilité d'avoir une prévisualisation instantanée du jeu sans devoir attendre une sauvegarde de l'ensemble des fichiers. Il est ainsi possible de vérifier rapidement l'impact d'une modification sur le titre. De plus, il est possible d'apporter des modifications à chaud alors que le jeu est lancé, sans même devoir le mettre en pause. Une fonctionnalité qui devrait pouvoir intéresser les équipes de test au cœur des studios.

Enfin, on apprendra également que des initiatives sont soutenues concernant le support de l'Oculus Rift, de Linux, de Valve Steamworks, ou encore pour le développement de jeux sur navigateur via HTML5. 

Unity 5 en approche, de nouveaux shaders, et de la publicité

Unity également était à la fête, avec l'annonce de l'arrivée prochaine de la version 5.0 du moteur. Celle-ci apportera quelques améliorations, notamment du côté de la gestion des shaders et des effets d'éclairage. Un éditeur de prévisualisation en temps-réel des lightmaps sera d'ailleurs proposé. 

Autre ajout notable, celui d'un « réseau de cross promotion du Unity Cloud ». L'objectif de ce système étant de pouvoir permettre aux studios d'ajouter facilement des publicités interstitielles dans leurs jeux, faisant la promotion d'autres titres exploitant Unity. 

Les précommandes sont d'ores et déjà ouvertes pour Unity 5, et donnent immédiatement accès à la mouture 4.6. Le pack Unity Pro est vendu au prix de 1425 euros, ou 71 euros par mois, et permet de développer des jeux pour Windows, OS X, Linux, BlackBerry 10, Windows Phone 8 et la plupart des navigateurs. Cela ne comprend toutefois pas les add-ons iOS Pro et Android Pro, pour lesquels il faudra à chaque fois rajouter la même somme. Pour ce qui est des moutures pour PlayStation 3 et Xbox 360, cela se passe sur devis.


chargement
Chargement des commentaires...