Avast critique Microsoft : « abandonner Windows XP est une grosse erreur »

Une simple question de responsabilité 521
Vincent Hermann

La fin du support technique de Windows XP n’en finit plus de provoquer des débats et des questionnements sur la situation mondiale de la sécurité informatique une fois que les mises à jour ne seront plus distribuées. Selon le célèbre éditeur antivirus Avast, abandonner l’ancien système est une « grosse erreur » qui fait craindre un vrai cauchemar.

windows xp

Les points de vue se divisent en deux camps 

L’arrêt du support technique de Windows XP est prévu pour le 8 avril. Après cette date, Microsoft ne distribuera plus aucun correctif de sécurité et les failles resteront donc ouvertes. En quelques mois, le paysage global de la sécurité devrait s’en trouver chamboulé puisque les pirates seront à pied d’œuvre pour exploiter toutes les brèches possibles, sans doute via des campagnes de spams demandant de visiter des sites particuliers.

Comme on a pu le voir, de nombreuses entreprises ne seront pas prêtes, de même que certains gouvernements, notamment les États-Unis avec quatre millions de machines sous XP après le 8 avril. La problématique de cet ancien système, en place depuis pas loin de 13 ans et dont la date de fin de support a été repoussée à plusieurs reprises, ravive une opposition entre deux camps. D’un côté, ceux qui estiment que la date était connue depuis des années et qu’une entreprise ne peut pas soutenir un produit aussi vieux ad vitam aeternam. De l’autre, ceux qui pensent au contraire que la part de marché de Windows XP (environ 30 % à l’échelle mondiale) impose une responsabilité à l’éditeur. Avast fait clairement partie du deuxième camp.

« L’abandon de Windows XP est une grosse erreur » 

L’éditeur, auteur du célèbre antivirus gratuit, n'hésite pas à dire que « l’abandon de Windows XP est une grosse erreur ». mais Avast va plus loin en expliquant que la sécurité déjà défaillante du vieux système empirera largement après le 8 avril et que la sécurité globale de tous les ordinateurs pourrait s’en ressentir. Comme nous l’avons déjà expliqué, les parcs de machines sous XP pourraient devenir autant de machines zombies fonctionnant comme des générateurs de spams et autres attaques distribuées par déni de service (DDoS).

Le plus gros problème pour Avast est que Microsoft a échoué dans sa mission de faire renouveler rapidement le système sur les machines concernées. Avec l’écart qui s’est creusé, les années aidant, passer à Windows 8 relève d’un véritable défi car le matériel sera dans la plupart des cas inadapté et les compétences techniques des utilisateurs ne sont pas forcément suffisantes pour leur permettre de réaliser une telle opération.

23,6 % des utilisateurs sont encore sous Windows XP 

D’après les propres statistiques d’Avast, 23,6 % des utilisateurs de l’antivirus sont encore sous Windows XP. L’éditeur estime que sa base cliente est d’un peu plus de 200 millions de personnes, ce qui laisse environ 50 millions d’utilisateurs sous XP. Sur ce nombre, environ un quart se sert toujours d’Internet Explorer 8, ce qui accentue le problème de sécurité puisque cette version ne sera plus mise à jour non plus après le 8 avril, et elle ne bénéficie pas des améliorations apparues avec les versions suivantes.

De fait, Avast tient évidemment à fournir quelques conseils et à rappeler qu’il prend très au sérieux la situation. Il recommande ainsi de se débarrasser d’Internet Explorer au plus tôt et d’installer Chrome de Google, dont le support sera encore assuré au moins un an après la fin de support de Windows XP. On notera de notre de côté que le conseil est tout aussi valable pour Firefox. Le but est simplement de ne plus se servir d’un navigateur dont les failles resteront béantes et qui représentera un véritable portail d’accès pour leur exploitation.

Avast sera supporté pendant au moins trois ans après la mort du vieux système 

Avast indique en outre que le support de son antivirus sous Windows XP durera au minimum trois ans après la fin du support du système. Mais l’éditeur ajoute que des modules de détection spécifiques ont été ajoutés dans l’édition 2014 de ses produits pour repérer les exploitations qui pourraient être faites des failles non corrigées. Évidemment, difficile de vérifier dans la pratique les assertions de l’éditeur, qui sont essentiellement un message publicitaire pour l’instant.

Cela étant, les problèmes et inquiétudes soulevés sont légitimes. Même si Avast indique que Microsoft a averti « récemment » que la fin du support était prévue pour le 8 avril, ce n’est pas le cas : la firme rabâche le message depuis des années. Cependant, elle aurait pu communiquer nettement mieux et les messages d’avertissement envoyés aux utilisateurs via une notification arrivent un mois seulement avant la fin du support, ne laissant que peu de temps à un grand nombre d’utilisateurs pour se retourner. En outre, ce sont les mêmes personnes qui n’étaient certainement pas au courant d’une telle date et qui auront du mal à en comprendre la véritable signification.

La date se rapproche et la communication sur le sujet va s’intensifier. Les lecteurs de PC INpact sont peu concernés par le problème car au courant de cette date « fatale » depuis longtemps, mais peuvent trouver facilement des machines sous Windows XP, que ce soit dans leur famille ou même au travail. Ce sont les grands parcs qui seront les plus longs à évoluer et nous creusons d’ailleurs la situation auprès de plusieurs ministères pour savoir ce qu’il en est.


chargement
Chargement des commentaires...