Le marché du livre numérique croit de 110 % en France mais reste un nain

La France aime le papier 63
Nil Sanyas

Avec 44 millions d'euros générés en 2013, le livre numérique a fortement progressé en France par rapport à 2012. Il ne représente toutefois qu'une goutte d'eau dans un marché du livre qui représente un peu moins de 4 milliards d'euros.

1,1 % du marché total, mais une forte progression

Avec 356 millions d'exemplaires écoulés l'an passé, pour une production de plusieurs dizaines de milliers de titres, le marché du livre reste un secteur important en France. Il est toutefois en baisse et a de nouveau chuté de 2,7 % en 2013. Il est ainsi et pour la première fois depuis un moment passé sous la barre des 4 milliards d'euros (3,9 milliards précisément). Mais si l'on s'intéresse de près au marché numérique, la logique est différente.

En 2013, portés par le succès des liseuses, des tablettes et des smartphones, les livres numériques ont généré 44 millions d'euros. Un beau résultat par rapport à 2012, puisqu'en hausse de 110 %. Mais par rapport au marché total du livre, cela ne représente que 1,1 % du chiffre d'affaires. Une goutte d'eau donc. En volume, le rapport est d'ailleurs similaire, puisque 5 millions de titres numériques se sont vendus, soit 1,4 % du marché.

Le papier fait donc plus que de la résistance, alors qu'à l'étranger, le numérique représente entre un tiers voire la moitié des ventes de certains éditeurs. Et quelques auteurs internationaux vendent déjà majoritairement en numérique. En France, selon GfK, « si l’on restreint le périmètre d’analyse à la littérature générale, le numérique représente alors 4 à 5 % des ventes totales avec pour certains titres, des pics compris entre 10 et 15 % ».

Mais comme le note l'institut, le problème du numérique face au secteur physique, outre le fait évidemment que bien des lecteurs préfèrent encore le papier, c'est bien que l'offre est très loin d'être équivalente. De nombreux ouvrages, notamment jeunesses (mais pas que) ne sont tout simplement pas disponibles. Les deux secteurs ne luttent donc pas à armes égales. Et si les romans ou les essais sont de plus en plus accessibles en numérique, d'autres genres sont nettement à la traine.

Une croissance de 300 % en quatre ans attendue

Grâce à l'essor des appareils électroniques et à l'amélioration du livre, la croissance du marché numérique pourrait toutefois perdurer encore quelques années. Rien que cinq ans à un rythme de 100 % de croissance par an permettrait ainsi à ce secteur d'atteindre 1,4 milliard d'euros en 2018, soit, en cas de stabilité du secteur, environ 36 % du marché du livre. De quoi pousser à la fermeture de nombreuses librairies assurément. GfK n'est toutefois pas si optimiste pour le numérique et donc pessimiste pour les librairies. L'institut s'attend plutôt à voir le marché du livre numérique bondir de 160 % en deux ans, soit 115 millions d'euros en 2015, et de 300 % en quatre ans, soit 180 millions d'euros en 2017. Cela représenterait moins de 5 % du marché. Pas de quoi bouleverser le secteur en somme.

Pour rappel, le marché des ebooks aux États-Unis est incomparable à celui de la France. Il représente environ 5 milliards de dollars, soit environ 30 % des ventes parmi les livres grand public. Le passage de témoin entre le numérique et le papier pourrait avoir lieu en 2017 selon les prévisions de PWC.


chargement
Chargement des commentaires...