PayPal revoit sa copie sur le financement participatif

Tout le monde y trouve son compte, sauf les donateurs 23
Kevin Hottot

Entre PayPal et les porteurs de projets de financement participatif, les relations n'ont pas toujours été au beau fixe. En effet, nombre d'entre eux ont vu leurs avoirs gelés par la plateforme de paiement qui craignait d'avoir à rembourser de sa poche les donateurs en cas d'imprévu sur les campagnes de financement. Les choses se sont depuis arrangées et la firme assure que ce genre de problèmes ne devrait plus se reproduire.

Kickstarter homepage

L'été dernier, PayPal défrayait la chronique en raison de sa politique vis à vis des fonds levés par le biais de campagnes de financement participatif. Plusieurs studios de jeux vidéo avaient ainsi vu leurs avoirs gelés par la plateforme, comme Lab Zero Games, qui a eu toutes les peines du monde à récupérer ses 700 000 dollars pour Skullgirls, tout comme les créateurs de Yatagarasu Attack on Cataclysm qui se sont vu refuser l'accès à 60 000 dollars.

La raison derrière ces deux blocages était sensiblement la même. Concrètement, pour la plateforme il existe une différence fondamentale entre le financement participatif et la prise de précommandes. Dans le premier cas, on « apporte son soutien à un projet qui peut très bien ne jamais arriver sur le marché » tandis que dans le second « il y a une attente quant au fait d'avoir quelque chose de tangible, même si cela met des mois à être livré », explique ainsi Tomer Barel, le vice-président de la gestion des risques de PayPal, sur le blog de l'entreprise.

Du côté de PayPal, le risque était d'avoir affaire à de nombreux clients mécontents, demandant le remboursement de leur mise en cas d'échec d'un projet financé par la foule. Si les porteurs de projets utilisaient tous leurs fonds, la plateforme de paiement en était de sa poche au moment de devoir rembourser tout le monde.

Pour que les soucis rencontrés par Lab Zero et les créateurs de Yatagarasu Attack on Cataclysm ne se reproduisent pas, PayPal demande simplement que les campagnes expliquent clairement aux consommateurs qu'il n'y a aucune garantie que la contrepartie qui leur est proposée ne leur soit livrée. Ainsi, la plateforme se protège contre les demandes de remboursement, et les porteurs de projets pourront disposer de leurs fonds comme bon leur semble.


chargement
Chargement des commentaires...