Rachat de SFR : Altice ne compte pas changer son offre d'un centime

Pour Altice, c'est TOR (Tout ou rien) 48
Nil Sanyas

Le fonds Altice, le principal actionnaire de Numericable, ne compte pas modifier son offre pour SFR, malgré la contre-attaque de Bouygues Telecom. Patrick Drahi, son PDG, l'a officiellement déclaré au cours d'une entrevue accordée aux Échos

Altice

« Notre offre n'est pas dépendante des fluctuations boursières à court terme »

D'ici deux jours, l'offre d'Altice pour SFR prendra fin. Cette offre, qui comprend 10,9 milliards d'euros en cash et 32 % de l'entité combinée pour Vivendi, expirera donc vendredi prochain. « Elle n'a pas bougé » et elle ne changera pas promet Patrick Drahi. Sa proposition est « ferme (...) je n'ai pas de raison de la modifier et je n'ai qu'une parole » a-t-il insisté, mettant les points sur les « i » afin de démentir par avance toute rumeur d'une revalorisation afin de contrer l'offre de Bouygues Telecom.

Il faut dire qu'entre jeudi dernier et hier (mardi), l'action de Numericable a perdu plus d'un cinquième de sa valeur. La pression est donc forte sur les épaules de l'opérateur et de son principal actionnaire. Mais pour le patron vivant à Genève, « notre offre n'est pas dépendante des fluctuations boursières à court terme ». Il n'est donc pas question de céder à la pression des actionnaires, qui voient d'un mauvais œil le futur de Numericable en l'état actuel des choses.

Pas une « fusion des opérateurs mobiles en déclin, qui ne savent pas faire du THD »

Supportée par Arnaud Montebourg et même par Free, l'offre de Bouygues a bien de quoi faire trembler Numericable. Mais pour le patron d'Altice, sa proposition est bien la plus logique et légitime. Outre garder une concurrence à quatre, son offre a l'avantage de créer une complémentarité entre le fixe (NC) et le mobile (SFR). Drahi tacle d'ailleurs durement le scénario Bouygues/SFR, en déclarant que « l'avenir des télécoms, c'est la convergence du fixe et du mobile, et non la fusion des opérateurs mobiles en déclin, qui ne savent pas faire du très haut débit fixe ».

En mariant SFR et Numericable, nous obtiendrons alors l'opérateur numéro 2 en France, que ce soit dans le fixe et dans le mobile grand public, ou même dans le secteur professionnel, toujours derrière Orange. Qui plus est, le duo ne manque pas d'ambition et compte recruter près de 5 millions de nouveaux clients en quatre ans dans le fixe. Un objectif très élevé, qui parait même peu réaliste quand on sait que désormais, le marché global de l'internet fixe croit à un rythme inférieur à un million de nouveaux clients par an.

L'avenir de Numericable est en jeu

Mais si les marchés s'emballent à propos de Bouygues ou encore de Free, a contrario de Numericable qui s'effondre, c'est bien parce qu'aujourd'hui, il est capital pour un opérateur télécom d'être à la fois présent dans le fixe et le mobile. Cela explique la proposition du câblo-opérateur pour SFR, qui souhaite donc rejoindre Orange, Bouygues et Free en tant qu'acteur capable de proposer une offre quadriplay comme il l'entend et avec des marges de manœuvres importantes.

Si Numericable échoue dans sa quête, la situation va de façon évidente se retourner contre lui. Non seulement Bouygues et SFR vont devenir un concurrent plus important encore dans le fixe, que ce soit pour le grand public et les professionnels, mais Free va lui aussi se renforcer grâce aux antennes et aux fréquences vendues par Bouygues. Une telle occasion pour Numericable risque de plus de ne jamais se répéter, tant Orange, Bouygues/SFR et Iliad seront puissants. Et à moins que l'ARCEP propose à nouveau quatre licences mobiles dans le futur, Numericable a donc de fortes chances de rester un petit opérateur confiné au câble et au FTTLA, avec un potentiel de croissance limité. Pas de quoi faire bondir au plafond les actionnaires en somme.

En voulant croquer SFR, Numericable joue en quelque sorte son avenir. Selon le choix de Vivendi, il restera un petit opérateur français avec un réseau de câble/fixe important, ou il changera de dimension et deviendra un concurrent direct et sérieux pour tous les autres opérateurs du pays. Tout en sachant que des concentrations non pas au niveau national mais continental pourraient se réaliser dans les années à venir, se renforcer aujourd'hui est capital pour l'avenir. Esseulé, Numericable sera soit ignoré, soit il deviendra une proie facile pour les géants européens.


chargement
Chargement des commentaires...