La censure du RPG South Park n'est pas l'œuvre du PEGI

RESPECTEZ MON AUTORITÉ ! 95
Kevin Hottot

Cette semaine, nous apprenions que les versions pour consoles de salon de South Park et le Bâton de Vérité ont été privées de quelques scènes afin de ne pas choquer le public européen. Si Ubisoft a refusé de commenter les raisons de cette censure, le PEGI, l'organisme chargé de la classification des jeux a de son côté expliqué n'avoir demandé aucun retrait du jeu.

South Park Stick of Truth

Cette série a remporté un Emmy Award.

Nous nous demandions d'où pouvait bien provenir la censure ayant frappé certaines scènes de South Park et le Bâton de la Vérité. Sept passages ont été retirés de la version pour consoles de salon du jeu, montrant des sondes anales en action, en référence au premier épisode de la série (Cartman a une sonde anale) ainsi que deux avortements, pratiqués sur Randy Marsh et le joueur. 

De son côté Ubisoft s'est refusé à tout commentaire sur la question, mais nos confrères de VG247 ont pu joindre le PEGI, l'organisme de classification des jeux vidéo en Europe, qui leur a fourni une explication assez claire sur le sujet. L'organisme, géré par les éditeurs eux-mêmes, n'a rien trouvé à redire sur le contenu et l'avait validé avec le classement PEGI 18, recommandant donc seulement de ne pas le vendre aux mineurs.

« Le jeu qui nous a été présenté était conforme pour un classement PEGI 18. Pour certains jeux publiés au Royaume-Uni, nous sommes obligés de tenir compte de la réglementation locale étant donné que le Video Recordings Act 2010 touche aussi les jeux vidéo. Il s'applique sur ceux qui atteignent un classement PEGI 12, 16 ou 18 renfermant du contenu dangereux ou illégal. Comme il n'y avait pas de problème de ce côté-là, nous lui avons logiquement attribué son label PEGI 18 », explique ainsi un représentant de l'organisme.

Faut-il comprendre que le PEGI n'a pas demandé la moindre modification sur le jeu ? C'est effectivement le cas, comme le confirme l'organisme. « Permettez-moi d'insister sur le fait que nous n'avons ni censuré, ni modifié le jeu sous aucune forme. Le PEGI n'a pas la possibilité de censurer les jeux. Il n'y a très certainement que les studios eux même qui peuvent procéder à ces changements. » Insiste l'homme avant de lâcher une information encore plus claire : « Tout ce que nous savons c'est qu'à un certain moment, Ubisoft a choisi de modifier son jeu pour leurs propres raisons marketing ». 

Finalement, il n'est donc pas question d'une quelconque mise en conformité avec les législations européennes, mais plutôt d'un changement de dernière minute afin d'éviter les remous. Au bout du compte, l'éditeur français a surtout le droit à un très bel « Effet Streisand », voire même Mecha Streisand, si l'on veut rester en raccord avec la série dont le jeu est tiré. Il reste d'ailleurs toujours classé comme PEGI 18.


chargement
Chargement des commentaires...